AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 — no such thing as beautiful goodbyes | thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
304

admin a harceler si besoin

MessageSujet: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Lun 15 Oct - 21:20


no such thing as beautiful goodbyes




Tu sais pas ce qui t’as pris exactement, par quelle bestiole t’as été piqué, mais la seule chose que tu sais, c’est que t’es présentement dans un taxi, dans une ville que tu connais à peine et tu te diriges vers une adresse que t’as fébrilement donné au chauffeur, en espérant sincèrement que t’allais être capable de t’y rendre à temps. 30 minutes. Tu lui avais dit que tu serais là dans 30 minutes et tu ne voulais pas faire de gaffe cette fois-ci. T’avais agis comme un con lorsque t’étais parti de chez lui, t’avais pas été mieux aujourd’hui en lui envoyant un texto sur le coup de l’émotion. T’avais pas réfléchi et tu t’étais mis dans une situation pas possible, encore une fois. À croire que c’était devenu une habitude avec Thomas, tu cessais subitement de prendre les bonnes décisions lorsqu’il était concerné et ça commençait sérieusement à te faire peur. T’avais aucune raison d’aller le rejoindre, aucune raison d’aller le voir. T’avais tout compris du moment que t’avais vu des photos de lui en compagnie d’une jeune femme, main dans la main. Peut-être que tu n’avais jamais vraiment été dans une relation, mais tu savais très bien ce que ça voulait dire de se montrer en public de la sorte, au bras de quelqu’un d’autre. Il était passé à autre chose pendant que t’étais parti. De toute façon, c’est pas comme si vous aviez quelque chose à régler à ce niveau, non? Tu lui devais rien, et lui non plus. Vous aviez merdé de façon assez phénoménale la dernière fois, au point de ne plus jamais reprendre contact, au point de ternir votre amitié de façon permanente. Tu pensais que partir en tournée te ferais tourner la page et puis ce matin s’était produit et t’avais réalisé que depuis un mois, tu retiens ton souffle.

Le taxi finit par te déposer devant l’hôtel que tu lui avais indiqué. T’as encore ton portable dans les mains, tu l’as pas lâché de tout le voyage. Il est resté ouvert et tes yeux fixés sur l’avant-dernier message que Thomas t’as envoyé. T’as peur que ce soit pas vrai encore, que tu te fasses des histoires, que ce soit juste une blague et que t’aies tout compris de travers. Si ça se trouve, il sera pas dans sa chambre, tes émotions auront gagné et tu te retrouveras devant une chambre vide. Tu sors de la voiture en regardant autour de toi, t’as pas envie qu’on te voit entrer dans l’hôtel non plus. T’as pas fière allure, tu te sens honnêtement comme si tu venais de te prendre la plus grosse cuite de ta vie. En fait, t’es juste fatigué de tes deux journées de concert, tu supportes plus le décalage horaire, t’as l’impression que tu vas t’effondrer à force de pas dormir la nuit. T’ignores ce que tu cherches exactement en venant ici. Peut-être à sauver les miettes de ton amitié avec Thomas, peut-être une bonne raison aussi de tourner la page définitivement. Peut-être que tu cherches quelque chose que tu trouveras jamais aussi, et ça tu le sais très bien. Tu t’empêches complètement de te faire des histoires et pourtant, alors que tu entres dans l'ascenseur et que y’a que le silence pour te tenir compagnie, t’entends ton coeur qui bat à un rythme de fou et tu prends les quelques secondes qui te reste à être seul dans le cubicule pour forcer ta respiration à se calmer. Lorsque t’arrives finalement au cinquième étage et que tu te retrouves devant la porte, tu regardes ton téléphone une dernière fois. T’as fait le voyage en 22 minutes exactement et t’es bel et bien devant la porte 503. Tu lèves la main pour cogner; une fois, deux fois, trois fois. Et faut que t’arrêtes là, cacher tes mains dans les poches de ton hoodie pour éviter de montrer à Thomas que t’es tellement nerveux que t’en tremble.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
598

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Lun 15 Oct - 22:28

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas

Toujours assis sur le bord du lit, tu lances ton cellulaire au travers de la pièce, avant de détendre de tout ton long dans les couvertures. Si t'avais loué une chambre pour la nuit, ce n'était pas pour donner rendez-vous à quelqu'un et encore moins à lui. Tu avais passé les pires quarante et une heure, trente-sept minutes de ta vie, lorsque tu t'étais dirigé vers Chicago, en compagnie d'une fille que tu ne connaissais pas réellement. Et ta réaction envers lui, envers Hoseok, avait été lamentable, allant jusqu'à l'accuser de quelque chose qu'il ne pouvait comprendre et ensuite, aller presque t'excuser, lui refilant le numéro de ta chambre d'hôtel. T'étais cruel, t'avais l'impression d'être une ordure depuis des semaines et ton agissement de ce soir y était pour quelque chose aussi. Tu le savais, t'avais merdé l'autre après-midi et pas lorsqu'il était question d'avoir passé quelques minutes des plus agréables avec quelqu'un qui te plaisais vraiment. C'était la suite qui avait été ridicule, la crise que tu lui avais fait, lui montrant la porte pour le voir partir. Et dès qu'il avait quitter ton salon, t'avais paniqué. T'avais pas encore tout à fait compris l'ampleur des dégâts que déjà, tu regrettais ton agissement. Ce n'était pas question de lui, mais bien de toi. T'étais le seul responsable dans cette histoire et trop pris par ton orgueil, t'avais décidé de laisser tomber. Tu ne l'avais jamais rappeler, t'avais jamais réellement pris de ses nouvelles. T'avais essayé, certes, avec deux personnes de son groupe, mais ça n'avait pas vraiment fonctionné. T'avais trouvé le tout ridicule et tu t'en voulais encore d'avoir essayé quelque chose avec ses amis. T'avais essayé de les impliquer dans cette histoire, pour savoir tout ce qui se passait, mais ça n'avait rien donné. Ou presque pas.

Tu finis par fermer les yeux, après de longues minutes à contempler le plafond. Tu sais qu'il ne viendra pas. Tu sais qu'il doit bien se moquer de toi en ce moment. Mais t'aurais bien aimé qu'il puisse y avoir pensé un peu. Ne serait-ce le fait de penser à te rejoindre, qu'une demi-seconde. Comme la fois que tu as compris qu'il était de passage à Los Angeles pour sa tournée. T'aurais aimé aller le voir, lui mentionner n'importe quoi, uniquement pour lui dire que t'avais le coeur qui te lançais des signaux depuis un moment, mais t'avais pas osé. T'avais préféré rester chez toi, la tête entre les jambes, espérant ne plus jamais avoir ce genre de pensées pour le restant de ta vie. C'est fou comme ce garçon peut te faire paniquer en vrai, et ce, en seulement quelques instants. Juste le fait de penser à lui, te fait chavirer. Tu n'avais jamais pensé pouvoir ressentir quelque chose d'aussi fort pour une personne du même sexe que toi et pourtant, c'était bien entrain d'arriver. Tu finis par te lever, et reprendre ton téléphone. Logiquement, ce dernier a frappé le mur avant d'arriver par terre. Tu soupires, tu regardes s'il est en état de marche, lorsqu'on cogne à la porte. Trois petits coups. Tu ne comprends pas pourquoi la femme de chambre peut te déranger à cette heure, surtout après avoir laissé un mot sur la porte de cette dernière. Tu ne voulais pas être dérangé, tu voulais rester tranquille dans la chambre de cet hôtel et reprendre direction vers Los Angeles peu de temps après. Dès demain matin, première heure. Tu ne voulais pas rester dans la même ville que lui plus longtemps, pas question.

Toujours avec ton téléphone en main, tu te diriges vers la porte et ouvre cette dernière assez sèchement, avec l'espoir de pouvoir dire à la personne derrière de te laisser tranquille, lorsque tu comprends que c'est lui. Lui, celui que tu ne pensais pas revoir. Lui qui se trouve être le plus gros problème de ta vie. Lui, avec qui t'avais cru pouvoir être heureux, rien qu'un peu. Tu finis par te décoller de la porte, tu lui parles pas du tout, tu laisses la porte ouverte et te diriges vers le lit, où prenant place, comme au tout début. Tu t’assois sur le bord du lit et tu fixes ton téléphone. C'est pas mal la seule chose que tu arrives à faire présentement. Ça et te poser de sérieuses questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
304

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Mar 16 Oct - 23:56


no such thing as beautiful goodbyes




Y’a la partie rationnelle de ton cerveau qui te crie de partir. Il n’est pas trop tard, la porte est encore fermée, t’as assez de temps pour courire jusqu’à l’ascenseur et retourner à ta chambre d’hôtel et faire comme si de rien était. T’as rien à faire ici, t’as aucun compte à régler avec lui en vrai, alors pourquoi est-ce que tu n’as pas hésité une seule seconde après avoir reçu son message pour prendre le premier taxi que t’as trouvé sur le bord de la route pour te retrouver devant cette porte fermée. Tu sais très bien ce qui se trouve de l’autre côté et si tu te fies à la conversation que vous venez d’avoir par message texte, y’a rien qui t’assures que ça se passera bien. Il n’y a absolument rien à dire de toute façon, y’a rien qui va changer. Quels espoirs tu t’es mis en tête en te pointant le nez à son hôtel? C’est certainement pas aujourd’hui qu’il va te retomber dans les bras, encore moins aujourd’hui que tu repartiras le coeur plus léger. Si ça se trouves, ça aggravera encore plus les choses, t’auras encore plus de difficulté à terminer ta tournée, encore plus de difficultés à décider ce que tu fera lorsque ton travail sera terminé et que ce sera le temps des vacances. Dans un monde idéal, tu réussis à résoudre le conflit et puis quoi après? Tu restes son ami? Tu sais très bien qu’avec tout ce que t’as réussi à t’avouer dans les dernières semaines, ce sera pas possible. Tu peux pas rester près de lui et essayer de te faire croire que tu t’es pas accroché à ces quelques heures que vous avez passé ensemble chez lui la dernière fois. Ça ne fait aucun sens, tu le connais pas beaucoup, depuis quelques mois seulement, et il ne s’est techniquement rien passé de sérieux entre vous. En fait si, mais ça ne voulait pas rien dire, non? Y’a eu aucune promesse, aucun aveu. C’était une attirance physique qui s’est terminé en quelque chose que vous n’avez pas pu contrôler et maintenant la vie continue. Non?

Pendant que tu te perds dans ton questionnement, tu vois la porte qui s’ouvre brusquement et dans l’espace d’une toute petite seconde, tu le vois apparaître devant toi. Tu ne peux pas cacher la surprise sur ton visage alors que tes yeux deviennent aussi rond que des billes. Trop tard, tu peux plus te sauver. En fait si, mais si tu pars en courant maintenant, ce sera pas l’idée du siècle. T’as fui la dernière fois qu’il a essayé de te mettre à la porte, tu veux pas commencer à te monter une réputation de lâche non plus. T’as pas le temps de placer un mot qu’il se retourne dos à toi pour retourner dans la chambre sans dire un mot, laissant la porte ouverte devant toi. Toujours aussi bavard. Tu le prend quand même comme une invitation à rentrer, tu prends tout ce que tu peux bien saisir en fait, t’as pas vraiment d’autre choix. Tu sais même pas quoi lui dire, ni de quoi lui parler en vrai. T’as pas été super gentil avec tes textos, t’aurais peut-être jamais dû lui écrire en vrai. Il avait bien raison, sa vie privée ne te regardait en aucun point. T’avais pas ton mot à dire sur ce qu’il avait décidé de faire, après tout, t’avais pas été contre le fait de te retrouver dans ses bras l’espace d’un tout petit moment, même en sachant pertinemment qu’il n’allait probablement jamais rien se passer entre vous deux. Et pourtant, lorsque tu repenses à ce qui s’est passé, t’as encore le coeur qui fait trois tour dans ta poitrine et le ventre qui te serres. Après autant de temps, tu devrais déjà avoir tourné la page, mais maintenant que t’as vu son visage devant toi pour la première fois depuis ce fameux jour, tu comprends que c’est pas le cas. Tu rentres doucement dans la chambre d’hôtel, refermant la porte derrière toi, le même genre de chambre que celles dans lesquelles tu dors depuis un mois. Tu t’ennuie de la maison, de ton lit confortable, de tes affaires aussi. Thomas t’as devancé, il est assis sur le lit, le regard posé sur son téléphone. Tu prends une grande inspiration, histoire d’aller récupérer le plus de courage que tu peux, et tu finis par venir t’installer devant lui, debout, accoudé sur le coin du mur, les bras croisés. « Pourquoi? » Ta voix casse en prononçant juste un mot, et c’est pas juste parce que t’as la gorge fatiguée de ton concert de hier. C’est probablement la nervosité qui essaie de sortir comme elle peut, parce que tu fais vraiment tous les efforts possibles pour pas le laisser paraître dans ton visage. Pourquoi? Pourquoi t’es ici, pourquoi il t’as jeté dehors, pourquoi t’es pas capable de laisser tomber, pourquoi ça te rend fou de penser qu’il est heureux dans les bras de quelqu’un d’autre? Tu sais même pas exactement ce que tu lui demandes et pourtant, y’a tellement de réponses possibles. T’es pas certain de les avoir avec lui, mais tu peux pas t’empêcher de les poser quand même.



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
598

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Mer 17 Oct - 1:15

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas

Tu finis par porter une main à ta bouche, te demandant dans quel merdier tu as fini par te glisser. C'est pas normal de se sentir aussi pris à la gorge, comme en ce moment. T'étais confiant et pas mal trop sûr de toi lorsque t'étais arrivé devant la porte, pensant qu'il pouvait s'agir de la femme de ménage. Mais dès que la seule barrière entre vous deux tu avais enlevé, tu avais préféré baisser la tête et disparaître tout doucement. Tu ne voulais pas le provoquer et encore moins que ceci se passe en face à face. T'as redouté ce moment depuis des jours, voir des semaines et maintenant que tu sais que vous êtes entrain de respirer le même air, ça te donnes le tournis, tu as mal à la tête et tu regrettes pour de vrai, de lui avoir fournis le nom de ton hôtel et encore plus le numéro de ta chambre. T'aurais du lui refiler le nom de celui sur le coin de la rue, chambre 4086 tiens ! Juste pour le faire chercher, juste pour qu'il se demande quel chiffre tu as du ajouter par inadvertance. Car ça aurait été ça, tu t'aurais trompé, ceci n'aurait pas été ton intention. Mais tu te vois mal ici, présentement, avoir ce genre de discours envers lui. Lui dire que tu t'es trompé de numéro de chambre à coucher et même d'hôtel. Et tandis que tu as pris les devants, que tu t'es assis sur le bord du lit, que tu tripotes nerveusement ton téléphone, tu pries tout bas pour que Hoseok décide de rebrousser chemin et n'entre pas plus dans la pièce où tu te trouves. Et malheureusement, tu sens sa présence tout près de toi et tu le vois se diriger devant toi, prenant place près du mur. Tu soupires un peu, tu baisses la tête vers ton téléphone. Ce dernier est en mode veille, et tu ne l'actives pas. Tu fais uniquement que le regarder, te demandant ce que tu dois faire devant lui. Lui dire de tout oublier ? Lui dire que t'arrêtes pas de tourner cette histoire dans ta tête et que tu ne sais pas comment t'en sortir ? Lui dire d'arrêter de te regarder de cette façon ?

Tu redoutes ses paroles, sa voir. Ça fait des jours que tu ne l'as pas entendu et ça te fais mal au coeur de savoir qu'un jour ou l'autre, il finira par entendre le timbre de cette dernière. T'aurais préféré garder les souvenirs à la place du présent, continuer d'espérer qu'un jour ou l'autre, il puisse te pardonner. Mais pas comme ça. Pas tandis qu'il croise les bras et te mentionnes « Pourquoi? ». T'as aucune idée de quoi lui dire, de comment continuer la conversation. Pourquoi quoi, au fait ? Pourquoi tu l'as jeté à la porte ? Pourquoi t'es rendu avec une amie petite ? Pourquoi t'as continué de le texter, malgré tout ça ? Pourquoi tu lui as tendu plusieurs perche pour essayer de lui faire comprendre quelque chose ? Lui faire comprendre quoi au juste ? - J'en sais rien. - Ce sont les mots que tu as choisis de lui dire. C'est vague, mais tout autant que le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
304

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Mer 17 Oct - 1:52


no such thing as beautiful goodbyes




Évidemment qu’il en sait rien, tu savais très bien que tu devais t’attendre à une réponse de ce genre venant de lui. En posant des questions vagues, on obtient des réponses qui le sont tout autant. Il en sait rien, et toi non plus. Tu sais pas ce que tu fais ici, tu sais pas quoi lui dire, tu sais pas si tu dois continuer de l’attaquer comme t’as commencé à le faire ou bien si tu dois t’excuser. Tu sais ce que tu ressens pour lui, tu sais très bien ce que t’aurais pu faire de différent aussi. Tu sais qu’il est maintenant en couple et que t’as plus rien à faire ici, tu sais que si tu lui demande de redevenir son ami et d’oublier ce qui s’est passé entre vous deux, ça va te rendre complètement malade. C’est bien ça qui le fatigue autant, non? Vous vous êtes laissés sur une mauvaise note; il a mal réagi, t’as fui comme un bâtard, maintenant, vous êtes sur le bord du précipice à savoir comment réagir face à l’autre. Tu peux pas voir aucune autre raison rationnelle, t’es même pas capable de comprendre le sens de ses textos lorsqu’il te mentionne que tu le perturbes, que tu complique tout, surtout. T’es pas capable de trouver une explication qui fait du sens à ses réponses et c’est peut-être ça que t’es venu chercher finalement. T’en a vraiment marre de te torturer l’esprit à essayer de penser à ce qui s’est produit entre vous deux et comment vous auriez pu faire pour éviter de vous embêter de la sorte. T’aurais jamais dû répondre à son baiser, c’est ce que t’aurais dû faire. Mais t’es incapable de nier que t’as ressenti quelque chose pour lui du moment que tes yeux se sont posé sur lui lorsque vous vous êtes rencontrés. Ce genre d’attirance que tu peux pas vraiment ignorer, sauf que voilà où ça t’as mené tout ça et tu regrettes un peu la lancée sur laquelle vous êtes partis.

Tu détestes le conflit et pourtant, tu baignes dedans depuis que t’as osé lui envoyer un message. Pourquoi t’as fait ça d’ailleurs? C’est Ariana qui t’as tout raconté, ça aurait jamais dû se produire de la sorte. T’aurais jamais dû être au courant en fait. Sauf que t’avais mis ton nez dans les affaires des autres et le karma t’avais rattrapé de façon assez phénoménale. Quelques heures plus tard, et tu te tenais debout dans sa chambre d’hôtel à chercher des réponses pour lesquelles t’avais pas les questions. Tu fixes tout ce que tu peux regarder autour de toi, le plafond, le plancher, les meubles, le lit. Tu sais pas si tu dois essayer de croiser son regard ou bien si ça va juste l’effrayer. T’es doué pour régler les problèmes des autres, mais clairement pas les tiens. T’as l’impression de nager et de couler, et y’a personne qui peut venir te lancer une bouée pour que tu regagnes la terre ferme. « Je crois que.. c’est mieux si toi et moi, on arrête. Arrêter de se parler, après aujourd’hui. » Ça fait 6 semaines que t’as pas eu une discussion en anglais avec quelqu’un, tu maudis ton manque d’assurance qui sort en même temps que tes paroles. Y’a cette voix à l’intérieur qui crie que t’es qu’un sale menteur, que c’est pas vrai ce que tu dis, que c’est pas ce que tu penses surtout, mais tu l’écoutes pas. T’as plus ta place dans sa vie maintenant, plus comme tu pensais. C’est mieux comme ça, pour tout le monde surtout. Tu comprends ce qui se passe; il a une copine maintenant, il a pas besoin de toi pour revenir dans le passé et essayer de comprendre ce qui s’est passé cet après-midi là. Il a pas besoin d’essayer de comprendre, c’était un petit obstacle dans sa vie et tu devais laisser ta place pour quelqu’un qui allait le rendre heureux. Tu sors ton téléphone de la poche de ton hoodie, tu fais un signe avec ta tête dans la direction de l’objet maudit. « J’aurais pas dû te texter. T’as raison, ça me regarde pas. » Tu sais pas pourquoi il est ici, seul. Tu sais pas pourquoi tu réagis aussi mal aussi à l’idée qu’il soit venu reconduire ta meilleure amie dans la ville où tu tenais un concert alors qu’il ne la connaissait même pas. Tu sais pas trop si t’as envie de savoir ce qui s’est réellement passé dans sa tête pour le mener jusqu’au moment présent. T’as peur d’entendre ce que tu veux pas entendre, t’as peur de découvrir des secrets que t’aurais pas dû savoir non plus.

AVENGEDINCHAINS

_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
598

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Mer 17 Oct - 10:55

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas

T'es encore là, ton regard cherchant le sien un peu. T'essaies de trouver une faille dans ses yeux, quelque à quoi t'accrocher, tandis que t'es entrain de perdre tout lucidité. T'aurais jamais pensé que t'aventurer aussi loin à Chicago aurait pu t'apporter ce genre de discussion. Lorsque t'étais parti, près de deux jours avant, avec l'espoir de te rendre dans cette ville et faire comprendre ton point de vue au garçon qui se trouvait maintenant devant toi, c'était pas vraiment comme ça que t'avais imaginé le tout. Même le fait de te présenter sur scène, de lui crier exactement ce que ton coeur te dictais, paraissait moins stupide présentement. C'était peut-être ça que t'aurais du faire depuis le début. Te présenter en coulisse, expliquer aux organisateurs du spectacle tes intentions et essayer de tout régler, comme ça, devant tout le monde. Ça aurait peut-être été plus simple à tout expliquer, à tout mettre au clair aussi. Car dès que Hoseok reprend parole,  tu fermes les yeux et tu rebaisses la tête. T'as de la difficulté à le regarder dans les yeux, ça te fais mal en-dedans. Tu te sens lâche et complètement au dépourvu. Tu sais bien que présentement, tout et n'importe quoi peut arriver. Mais pas une seule seconde, t'aurais pensé que les mots du garçon devant toi aurait lieu. « Je crois que.. c’est mieux si toi et moi, on arrête. Arrêter de se parler, après aujourd’hui. » Tu sens ton coeur manquer un battement, peut-être même deux, mais tu le comprends. Tu comprends ce qu'il avance, tu penses la même chose au final. Cette soirée aurait du être reposante, elle aurait du être quelque chose pour te reposer un peu et non te causer plus de problème que tu en avais besoin. Et pourtant, c'est ça qui est entrain d'arriver. T'accumules les problèmes depuis que tu avais décidé de te rendre à Chicago et ce n'était pas Ariana Grande qui te donnais autant de problème en ce moment. T'étais entrain de créer tes propres problèmes, t'aurais pas du répondre à son premier texto et encore moins aux suivants. Ou tout du moins, t'aurais pas du lui fournir le nom de ton hôtel. T'aurais du lui dire que tu t'étais trompé et que tu retournais chez toi. Pas la peine de te suivre, t'aimais ta vie. Enfin, t'allais finir par l'aimer, t'allais pas vraiment avoir le choix.

Mais à la place, tu préfères garder le silence et garder la tête baissée. Tu sais pas trop comment prendre les choses, t'aurais aimé pouvoir avancer le temps et faire passer cette discussion. Te réveiller demain matin et comprendre que rien de tout cela n'était arrivé. Pas même l'après-midi que t'avais passé près de lui, à essayer de trouver ton souffle. À voir qu'il voulait tout mettre de côté, t'avais envie de faire pareil. Mais dans un sens, tu savais que c'était peine perdue. Ça faisait longtemps que t'étais perdu, de toute manière. - Et j'aurais jamais du te répondre. T'as raison, ça ne te regardes pas. - T'as pas parlé fort, t'ignores s'il t'as compris en fait. Tu veux juste qu'il puisse arrêter, qu'il te laisse tranquille. Mais au fond, tu ne veux pas le voir partir. Tu veux juste arrêter de te tracasser l'esprit quelques minutes et continuer d'avancer. Tu relèves la tête, t'ignores si c'est une bonne chose de poser tes yeux sur lui. Tu comprends que non, ton coeur s'accélère encore une fois. - J'aurais jamais du venir à Chicago, espérant pouvoir avoir une discussion avec toi. - Tu marques une pause de quelques petites secondes, avant de recommencer la conversation ... tu ouvres la bouche mais la refaire aussitôt, t'y arrives juste pas. Tu préfères rebaisser la tête, avant de soupirer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
304

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Mer 17 Oct - 21:11


no such thing as beautiful goodbyes




Faut que quelqu’un te pince le bras et que tu te réveilles, tu peux pas croire que tout ça est en train de se produire. Tu pensais que t’aurais la paix pendant que tu serais parti, que t’aurais assez de temps pour classer les pensées qui se mêlaient dans ton esprit depuis que t’étais parti de chez lui ce fameux après-midi. Deux mois, c’était assez pour faire de l’ordre dans tout ça, non? Et puis tu reviendrais après et tu serais prêt à repartir sur de meilleures bases, continuer de te concentrer sur ta carrière et rien d’autre. C’était comme ça que c’était supposé se passer de toute façon, ta musique et tes bandmates, c’était ta priorité et tu m’avais pas de place pour personne d’autre. Du moins, c’est bien ce que t’essayais de te convaincre maintenant que t’avais vu que Thomas était passé à autre chose et que ça te servait à rien de rester accroché. Dire que pendant un instant, tu avais considéré que tu étais peut-être rendu à la prochaine étape dans ta vie, que tu pouvais te permettre de laisser quelqu’un d’autre y entrer et essayer de faire un bout de chemin à deux. Tu n’avais aucune idée de ce que c’était d’être en couple, de partager ta vie avec quelqu’un d’autre et pourtant, tu t’étais surpris plus qu’une fois à penser que Thomas pourrait peut-être t’aider avec tes petits tourments. Pas la peine de dire que tu t’étais sérieusement trompé, que si tu étais celui qui avait pensé au départ ne pas t’attacher, maintenant c’était tout le contraire. C’était Thomas qui avait tourné la page et toi qui étais pas capable de passer à autre chose. Tu te trouvais lamentable et depuis que t’avais vu sur internet qu’il avait une petite amie, tu avais résisté plus qu’une fois à l’envie de supprimer son numéro de téléphone de tes contacts et juste disparaître de sa vie. T’aurais jamais pensé être celui qui aurait dû lui mentionner les mots que tu viens de réussir à sortir et pourtant, tu l’as fait. C’est le temps maintenant, tu le regardes et du moment que tu croises son regard, t’as envie d’éclater en sanglots ou de rage, tu sais pas trop. T’es jaloux à mourir, t’as envie de lui crier qu’il est stupide, que t’es un idiot aussi. T’as pas besoin de ça dans ta vie, t’as besoin de quelque chose qu’il ne peut pas t’offrir et c’est pourquoi ça doit se terminer maintenant. Ça te brise en mille morceau lorsqu’il te donne raison, t’aurais bien aimé qu’il te dise que t’avais totalement tord et pourtant, peut-être que c’est mieux comme ça aussi.

T’es prêt à passer à autre chose, prêt à lui dire ce qui s’est passé pour toi et tourner la page une bonne fois pour toute. Tu te donnes la soirée pour t’expliquer et tu te promets qu’à la seconde où tu sortiras de cette pièce, tu sortiras de sa vie en même temps. Il a pas besoin de toi dans les parages, sauf que t’as cruellement besoin de comprendre tout ce qu’il a essayé d’insinuer lorsqu’il t’as envoyé ces fameux messages dans la dernière heure. Sauf qu’il te dit exactement ce que t’as pas besoin d’entendre pour t’aider à partir et t’as l’impression qu’il répond finalement à la toute première question que tu lui as posé lorsque t’as commencé à lui envoyer des messages. Tu pensais t’être trompé, tu pensais que t’étais juste trop aveuglé par les émotions que tu confonds les coïncidences avec la véritable raison de son voyage à Chicago et pourtant, tes yeux se relèves immédiatement vers lui dès que tu l’entends dire qu’il est venu ici dans l’espoir de pouvoir te parler. Faut que tu te retiennes pour pas commencer à lâcher des jurons, tu te mords la joue tellement fort pour pas que ça sorte. Il faut que tu penses à ce que tu dis en ce moment si tu veux pas tout foutre en l’air, même si tu sais pas à quel point ce qu’il vous reste est récupérable. « Je… je comprend pas là. Discuter de quoi? » Y’a rien à dire, t’as pas envie d’entendre ses excuses. T’as pas envie d’entendre ses histoire non plus sur le pourquoi et le comment qu’il a rencontré sa petite amie. Tu commences sérieusement à te demander pourquoi t’es ici. Quand tu y penses bien en ce moment, t’as rien à lui dire. En fait, c’est totalement faux. Mais ce que t’aimerais lui dire, tu te le permet pas. T’es pas le genre à essayer d’aller briser les relations des autres non plus. « Si c’est pour expliquer pourquoi tu m’as jeté dehors l’autre jour, pas la peine. J’ai compris le message. » Oups, peut-être qu’il faudrait que tu commences à changer ton attitude aussi. Tu regrettes immédiatement tes paroles et ton visage se décompose alors que tu jettes ton regard vers le sol, ton visage reflétant clairement tes remords.

AVENGEDINCHAINS

_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
598

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Mer 17 Oct - 22:29

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas

Tu as un peu de difficulté à comprendre ce qu'il fait là, maintenant. En premier lieu, t'avais pensé le rejoindre lors de l'un de ses spectacles, tout lui avouer, lui expliquer que tu pourrais d'envie de t'expliquer. Que tu ne dormais presque plus, que t'avais de la difficulté à manger aussi. Tu ne te souviens même plus de la dernière nuit complète que tu as eu, tellement t'es à l'envers depuis des semaines. T'aurais besoin de te vider le coeur, d'en parler à quelqu'un, mais t'ignores à qui. Oui, t'as des membres de ta famille qui sont digne de confiance. La même chose au niveau de tes amis, mais tu te vois mal commencer à expliquer tes problèmes de coeur, leur disant que tu pinces sérieusement pour un garçon. Personne ne pourrait te comprendre, toi qui a été en couple pendant près de six ans avec la même demoiselle. Quelqu'un de bien au final, tu l'avais beaucoup aimé ... jusqu'à ce que tu fasses la rencontre du coréen devant toi. T'avais alors compris ce que c'était, le coup de foudre. Et tu t'en mordais présentement les doigts. T'aurais aimé pouvoir revenir en arrière, encore une fois, ne serait-ce que pour empêcher ton toi de tout à l'heure de lui envoyer le numéro de ta chambre d'hôtel. Vous ne seriez pas là à regarder le sol, chacun votre tour. À cette heure là, tu serais probablement couché dans un coin de ton lit, a essayé de trouver un semblant de sommeil. Ou tu aurais repris la route, tout simplement, ne voulant pas rester dans le même coin de pays que Hoseok. Juste le fait de penser à lui, ça te perturbes beaucoup plus que tu ne le pensais. Et tu sais qu'en plus, il est pas trop loin de toi. Tu pourrais tendre les bras et presque pouvoir le toucher. T'as envie d'essayer, tu y penses fortement en ce moment même.

Tu finis par trop parler, t'as mis trop de mots dans ta phrase. T'aurais du le lasser s'exprimer et ne rien ajouter. T'aurais du te taire, faire celui qui comprend et qui s'en fiche. Mais ce n'est pas le cas. Tu ressens quelque chose de fort pour lui, tu ne peux le nier. Et tandis qu'il commence à te parler, t'as l'impression de fondre complètement sous ses mots. - Si tu n'es pas venu ici pour que je t'explique la raison, qu'est-ce que t'attends de moi au juste ? - T'en as assez de tourner en rond, t'as mal à l'intérieur. Tu voudrais lui dire que t'es prêt à lui expliquer toutes les raisons du monde, toutes tes craintes et tes peurs. Que tu es prêt à entendre ses questions et qu'ensuite, tu lui fourniras des réponses. Mais ça reste bloqué, t'as de la difficulté à avaler ta salive alors, à essayer de lui expliquer quelque chose que toi même, t'arrives à saisir uniquement par bride, c'est un peu complexe.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
304

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Jeu 18 Oct - 0:37


no such thing as beautiful goodbyes




Tu regrettes tellement tout ce que tu viens de dire. Tu regrettes tout ce que tu es en train de faire aussi. Si ce n’était que de toi, tu ignorais tout ce qui peut bien se passer entre vous deux en ce moment, ne serait-ce que pouvoir le prendre dans tes bras. Il n’a jamais été aussi proche de toi depuis que t’es parti de chez lui la dernière fois, t’as jamais pu entendre sa voix non plus et ça te met dans un état pas possible. Toi qui a beaucoup de difficultés à cacher tes émotions, ca te prend un effort de fou pour essayer de rester le plus neutre possible. T’as l’impression que ça prendrait pas grand chose pour que tu craques, pour que tu cèdes à la pression et que tu finisses par tout simplement te jeter dans ses bras. T’attends un signe, n’importe quoi, une toute petite faille qui pourrait te laisser croire que t’as une toute petite chance, mais y’a la voix de la raison qui prend le dessus au fond de toi et qui te rappelles que t’as plus rien à faire là. T’as eu ta chance et tu l’as laissé filé, maintenant, il était avec quelqu’un d’autre et c’était pas toi. C’était une réalité que t’avais de la difficulté à accepter et c’était pas la première fois que tu laissais ta faiblesse prendre le dessus depuis que t’avais engager la conversation avec lui par messages textes un peu plus tôt. Tu sais pas comment tu devras lui dire pour qu’il comprenne que t’es pas prêt à laisser aller ce qui s’est passé entre vous, même si c’est complètement irrationnel. Tout ce que tu dis en ce moment, tout ce que tu fais, c’est basé sur le plus gros mensonge de l’histoire de l’humanité; celui qui dit que tu t’en fiches bien de comment ça se réglera cette histoire, celui qui racontes que tu veux plus faire partie de sa vie.

« Pourquoi est-ce que tu m’as donné ton adresse? » T’as beau te raconter n’importe quoi, t’aurais jamais osé lui demander de le voir s’il ne t’avais pas laissé l’adresse et le numéro de sa chambre. Pourtant, t’as pas hésité une seule seconde lorsqu’il te l’a donné, tu te rappelles pas être entré dans un taxi aussi rapidement de toute ta vie. T’aurais très bien pu conduire pour te rendre, mais tu te faisais pas confiance dans une situation comme celle là. C’est pas comme si t’avais accès à une voiture ici, non plus. T’as envie de savoir pourquoi, qu’est-ce qui s’est passé exactement pour que tu te fasses rejeter de la sorte. Tu comprends pas où t’as fait une faute lorsque tu te remémores le moment que vous avez passé ensemble. Tu sais simplement que pour toi ça été de très loin la plus belle aventure que t’as jamais eu avec quelqu’un. Tu comprends pas comment Thomas a réussi à tout oublier, comme s’il avait tout jeté aux ordures. « Je comprend que… t’es passé à autre chose. Et c’est bien. » Ça te prend tout le contrôle que t’as sur toi-même pour ne pas lui dire qu’il est probablement en train de faire une erreur, que t’aurais pu tout essayer s’il t’avait laissé ta chance, mais ça aussi, tu le gardes pour toi. Tu ranges ton téléphone dans la poche de ton hoodie à nouveau et tu commences à jouer nerveusement avec les lacets de ta capuche. T’as pas trop le choix d’essayer de t’occuper l’esprit si tu veux pas commencer à faire les cents pas dans la chambre d’hôtel. Tu prends une grande inspiration avant de continuer sur ta lancée. « … et faut que je le fasses aussi. Je suis juste désolé que ça se soit terminé comme ça. » Tu laisses échapper un long soupir, en espérant que ça relâche un peu de pression dans ta cage thoracique. Ça t’as demandé beaucoup d’efforts autant émotionnellement qu’à ton cerveau pour formuler cette phrase sans t’emmêler dans ce que t’essaies de dire. T’as pas osé le regarder pendant que tu parles, mais maintenant que t’as entamé la conversation, tu peux pas t’empêcher de risquer un regard en sa direction pour essayer de voir s’il y aurait une réaction.


AVENGEDINCHAINS

_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
598

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Jeu 18 Oct - 14:49

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas

Et pourquoi t'avais traversé une partie des États-Unis en vitesse, en voiture, au beau milieu de la nuit, complètement découragé, si ce n'était pas pour aller le voir ? Tu peux bien mentir à qui tu voudras, mais pas à toi-même. T'as des sentiments pour celui qui se trouve devant toi, mais c'est plus simple de mentionner que ce n'est pas vrai, que ton coeur est un putain de menteur, au lieu de te dire la vérité. Tu préfères être malheureux dans un coin de ton esprit, au lieu de te dire la vérité, d'arrêter de te cacher et de faire attention à un avenir qui aurait pu se jouer à deux. Et avec la conversation que tu es entrain d'avoir avec ton ancien amant, t'as l'impression que c'est beaucoup plus simple dans sa tête, que dans la tienne. Si tu ne te retiendrais pas, tu pourrais prendre cette dernière entre tes deux mains, la serrer tellement fort, et te mettre à crier. Tu vois bien que Hoseok ne comprend pas grand chose, et que c'est la même chose pour toi. Toi aussi, t'es mélangé. T'as pensé quelque chose pendant des années et soudainement, cette année, t'as compris que c'était pas le cas. Y'a de quoi à perdre la boule un peu, non ?

- Parce que je suis certain que t'aurais fini par me demander où je me trouvais, pas vrai ? - Tu finis par quitter le plancher des yeux, pour porter ton regard vers Hoseok. Lui, préfère ne pas te regarder, ce que tu comprends tout à fait. T'aurais préféré ne jamais le regarder non plus car tu sais bien que si jamais ton regard croise le sien, tu craqueras. Depuis qu'il a quitté le salon où vous vous trouviez il y a peu, t'as l'impression de ramasser ta vie en morceaux. Tu mens à ton meilleur ami, tu mens aussi à ta famille. Tu mens à une de tes très bonnes amies et ce, uniquement pour cacher quelque chose que t'arrives pas à affronter tout seul. T'as engueulé ta petite soeur avant de partir pour Chicago, t'as préféré ne pas la rappeler. Elle t'avait posé une question, t'as jamais été capable de lui répondre. Une dispute avait alors éclaté, elle a préféré t'injurié, t'as pleuré. T'es plus vraiment toi-même depuis des semaines et ça commence à se laisser voir à travers beaucoup de choses, que ce soit dans ton travail, ou encore dans ta vie personnelle. Tu n'es plus le même depuis un moment. - À quoi bon alors te le cacher, vu que t'allais me demander l'adresse de toute manière ? - Tu n'en démordras pas un instant, tu es certain qu'il aurait fini par t'en parler. Et toi, tu lui aurais donné, comme un idiot qui meurt d'envie de le voir. Tu finis par hocher la tête pour le restant de ses paroles. T'as pas passé à autre chose, c'est clairement pas le cas. Mais comment le lui faire comprendre ? T'avais envie de tenter quelque chose avec lui, mais la peur que tu as eu, que tu as encore, elle est toujours là. Et elle te dévore tranquillement, tu peux pas vraiment faire autrement avec ça. T'aurais aimé pouvoir lui expliquer ce qui se passe, lui dire la véritable raison de ton braquement et de ton refus d'aller plus loin, par la suite, avec lui. Même si à ton sens, t'as pu lui offrir tout ce que tu avais, tu sais qu'il aurait aimé encore plus, ça s'entends dans ses expressions et ça te rends mal à l'aise. T'aurais jamais pensé faire ce genre d'effet là à un garçon, et encore moins à un ami. - T'as pas à être désolé, c'est à moi de l'être. - Tu croises son regard et tu fais exactement ce que tu avais peur de faire, soit de lui sourire. C'est pas énorme, mais c'est pas tout petit tout de même. Et tu le sens en ce moment, ce qu'il a comme effet sur toi. C'est pas tout petit, c'est entrain de te rendre complètement fou.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
304

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Jeu 18 Oct - 16:27


no such thing as beautiful goodbyes




Tu peux pas croire que ce que t’entends, là maintenant. Peut-être que t’es pas mieux à lui faire de l’attitude, mais t’as encore l’impression que votre rencontre de ce soir te reviens sur le dos et t’es pas prêt à prendre la faute sur ce coup-ci. T’es prêt à avouer beaucoup de torts, t’es prêt à avouer que peut-être que si tu n’étais jamais parti, les choses auraient pu être bien différentes entre vous deux. Et pourtant, t’as fait la seule chose dont t’étais un expert lorsqu’il s’agissait de sentiments, t’avais fui. Comme un lâche, il n’y avait aucune autre explication. T’avais ressenti quelque chose de très fort pour lui lorsque tu t’étais retrouvé dans ses bras et ça n’avait quand même pas été assez pour te donner une raison de te battre, une raison d’essayer de lui faire comprendre qu’il se trompait sur toute la ligne. Tu étais blessé, gravement, autant par ses gestes à lui que par les tiens et à la place d’essayer de le recontacter, t’avais préféré tout mettre de côté pour te concentrer à nouveau sur ta carrière et partir chanter ta vie en faisant le tour du monde. C’était bien tout ce qui vous était arrivé dans le dernier mois, votre succès grandissant avait fait en sorte que tu avais une raison de te lever tous les matins pour aller gagner ta vie sans trop te faire de soucis avec ce qui se passait dans ta tête et dans ton coeur au niveau sentimental. Malheureusement, même si tu avais essayé de tout nier et de prétendre que tu pouvais passer à autre chose, maintenant, tout revenait à la charge et ça t’attaquait encore plus fort que tout ce que tu avais bien pu ressentir depuis le début de votre histoire. Le fait de l’avoir devant toi n’aidait surtout pas. Tu lâches ton appui sur le mur et tu décroises tes bras, tu fronces les sourcils avant de le regarder à nouveau lorsqu’il te pose sa question. « Peut-être bien, mais.. mais c’est pas moi qui a traversé le pays pour discuter de… de tout ça. Alors essaies pas de dire que… de faire comme si, comme si j’allais t’y forcer non plus. » La barrière du langage te rattrape beaucoup plus que tu ne le pensais, tu commences à perdre patience. Tu ignores si t’es en colère contre toi-même ou contre Thomas, ou bien un peu des deux.

Tu passes tes mains dans tes cheveux pour te calmer, jusqu’à ce qu’elles descendent dans ton visage. Tu profites du fait qu’elles se retrouvent temporairement devant tes yeux pour les fermer et prendre une grande inspiration à nouveau. C’est certainement pas le temps d'envenimer encore plus les choses entre vous et pourtant, tu sais que ce sera terminé après ce soir. Que tout se termine sur une bonne ou une mauvaise note, quelle différence ça pourra bien faire pour toi à la fin? Dans les deux cas, tu repars vers ton hôtel avec un coeur brisé à réparer et une tournée à terminer. La vie continue et tu devras continuer d’emporter ce secret avec toi, ce secret que seul ton maknae avait réussi à trouver en se faufilant au travers toutes les barrières que t’essayais de monter pour te créer une carapace. Tu t’étais présenté devant la porte de chambre de Thomas en mettant tout ça de côté, quitte à te montrer vulnérable, dans l’espoir que ça puisses arranger les choses. Finalement, tu réalisais bien que c’était de pire et pire et que ton coeur te criait sans arrêt de t’en aller d’ici avant de continuer de te faire mal. T’as le temps de le voir hocher la tête à tout ce que tu racontes et ça te donnes envie de pleurer. Tu sais pas ce que t’aurais donné pour qu’il te dise qu’il était sur la même longueur d’ondes que toi en ce moment et pourtant, tu sais bien que c’est impossible. Tu restes quand même surpris lorsqu’il répond à tes excuses. Il te sourit, enfin. Tu sens ton coeur qui fait trois tours, qui arrête de battre, qui essaie de se faufiler entre les os de ta cage thoracique pour sortir de sa prison. « J’aurais pas dû partir. On aurait dû parler. Se mettre d’accord si… si ça voulait dire quelque chose ou non. » T’oses pas t’avancer sur tes propres sentiments, t’as pas le droit maintenant. Toi qui a le sourire facile normalement, tu fixes son regard et pourtant, t’as beau essayer de forcer le coin de tes joues à se relever, t’as la gorge beaucoup trop serrée pour être capable de faire autre chose qu’un sourire désolé.


AVENGEDINCHAINS

_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
598

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Jeu 18 Oct - 22:38

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas

- J'ai jamais mentionné que tu me forçais à faire quelque chose ... - Toi, t'as gardé ton calme et tes yeux braqués sur lui. Tu ne veux pas paraître pour celui qui est déplacé, pour le traître dans cette histoire mais jamais, au grand jamais, tu n'accepteras de te faire pointer du doigt pour quelque chose que tu n'as pas fait ou dit. T'as jamais dit qu'il te forçais à faire quelque chose ou pire, que tu t'es senti pris au piège avec lui. C'est pas pour rien que t'as fondu comme neige au soleil, un après midi d'été. Et ce n'est pas pour rien que t'avais pris ta voiture pour essayer d'aller lui parler. Mais maintenant qu'il est devant toi, à essayer de se sortir d'un mauvais pas, tu comprends que t'as fait une erreur. Jamais tu n'aurais du venir ici, jamais tu n'aurais du lui donner l'adresse de ton hôtel et attendre qu'il vienne te voir. T'aurais du lui poser un lapin, lui donner une adresse bidon à l'autre bout de la ville et te foutre de sa gueule. Ça, t'aurais du le faire ... mais dès que tu poses tes yeux sur lui, tu y peu rien, tu perds le Nord et tu t'en veux pour tes précédentes pensées. C'est simple, il te demanderait n'importe quoi, tu le ferais. Il te demanderait de te lever et d'aller le rejoindre ? Il n'aurait même pas fini sa phrase que tu serais déjà pendu à ses lèvres. Lentement, tu finis par soupirer, tu en as marre un peu de cet agissement de gamins. T'as envie d'en finir et le plus vite possible. Tu peux juste pas croire que t'as tout gâcher, que t'es celui qui a tout risqué, pour une histoire d'un soir. Ou d'une après-midi. Jamais t'aurais pu penser que c'est comme ça que tout aurait fonctionné et pourtant, tu en as la preuve devant toi ... La belle vie et les jolies histoires, c'est pour quelqu'un d'autre. Tu ne fais pas parti de ce genre de personne. T'es loin d'être quelqu'un de spécial, d'être celui qui finira heureux avec quelqu'un de bien. T'es condamné à rester toi même, pour le restant de ta vie.

La discussion continue, mais tu as l'impression de parler dans le vide. Tu aimerais bien pouvoir lui dire d'arrêter de parler et de réfléchir avant d'ouvrir la bouche pour te sortir quelque chose. T'aimerais bien être capable de lui dire d'arrêter de se foutre de toi, que son petit jeu, tu ne le trouves pas drôle. Si vraiment il aurait voulu s'expliquer, il n'aurait pas attendu plus d'un mois avant de te contacter. Parce que oui, c'est lui qui a fini par te contacter, mais avec une obligation presque, de vouloir te blesser. Il est donc normal que tu es voulu te défendre et faire régner tes lois. Et jamais t'allais laisser quelqu'un élevé la voix sur ta personne. Jamais. - Parce que pour toi, ça voulait dire quelque chose ? - Tu as fini par déposer ton coude sur l'une de tes cuisses, ton menton dans ta main. Tu as toujours le regard dirigé vers Hoseok. Tu sais pas vraiment ce qu'il cherche au juste, t'as aucune idée de ce qui l'oblige à rester dans le coin, non plus. T'aimerais vraiment pouvoir l'aider à avancer, l'aider à oublier. Mais t'as aucune idée à quoi ... L'aider à oublier, mais à oublier quoi ? Tu finis par te redresser, t'essaies de paraître sur de toi, mais t'as manqué ton coup et ça parait. Ta voix est tremblotante, tu cherches un peu tes mots. -  Si c'est le cas, t'as qu'à me le dire ... ici, maintenant. Je pense qu'à l'âge qu'on est rendu, on peu se dire les vraies affaires, non ? Tu ressens quelque chose pour moi ou pas ? - T'es peut-être direct, mais t'as besoin de savoir. T'ignores seulement si lui, pourra être aussi direct. De toute manière, il t'avait bien dit qu'après ce soir, tout était fini non ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
304

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Ven 19 Oct - 0:04


no such thing as beautiful goodbyes




Tu étais entré dans le taxi avec l’espoir de pouvoir arranger les choses et finalement, c’est tout le contraire qui est en train de se produire. Tout va tellement vite, tu réalises que tu ne prends pas vraiment le temps de penser à ce que tu dis non plus. Tu réagis sur le coup de l’émotion, peut-être de la fatigue aussi. T’es arrivé à un point dans la tournée que tu trouves difficile, t’as l’impression qu’il y a tellement de temps qui a passé depuis que vous êtes partis et pourtant qu’il en reste tellement long avant que vous reveniez. Tout ce que tu sais, c’est que tu réfléchis plus à tes mots qu’au sens de tes phrases et que c’est en train de te revenir au visage d’une façon un peu trop extrême pour que tu sois capable de gérer. T’es surtout pas habitué au conflit, tu ne te souviens même pas la dernière fois que tu t’es pris la tête avec quelqu’un pour quelque chose de sérieux. T’as engueuler Taehyung cette semaine lorsqu’il a volé la dernière serviette qu’il restait dans ta chambre, mais à part de ça, rien de bien grave. C’était des petites disputes de famille, celles qui se règlent avec un rien. Ce que t’es en train de vivre en ce moment, c’est clairement pas ça et tu sais que tu ressors d’ici avec beaucoup d’autre chose qu’un coeur brisé, un ami en moins, par exemple. T’as probablement poussé le bouchon un peu trop loin et il est temps que tu prennes du recul si tu veux pas te retrouver à la porte une deuxième fois. Si ce n’était que de toi, tu prendrais probablement encore la fuite, mais tu te contrôles tellement en ce moment pour retenir tes jambes de trouver le chemin vers la porte.

T’as encore de la difficulté à comprendre le comment du pourquoi, surtout ce qu’il fait ici. Tu trouves pas la logique, peu importe le sens dans lequel tu retournes la situation. Autant d’heures de route, en voiture surtout alors qu’il aurait pu faire le tout très facilement en quelques heures d’avion, juste pour venir discuter. Tu le vois bien, maintenant qu’il est dans sa chambre d’hôtel à te parler, qu’il est pas venu pour faire du tourisme. T’es plus souvent naïf qu’autre chose, mais en ce moment, on te la fait pas celle-là. Toi qui voulait pas trop t’avancer sur ce que tu ressentais depuis que t’avais quitté sa maison la dernière fois, tu réalises rapidement lorsqu’il te répond que t’as fait gaffe. Tu peux pas t’empêcher de mordre ta lèvre inférieure alors que tu réfléchis à ce que tu peux bien dire. T’as deux choix en fait, et ils sont aussi difficiles l’un que l’autre. Tu optes pour essayer de dire la vérité. « Je suis pas le genre qui s’attache pour un coup d’une fois, jamais arrivé. » Et c’est bien vrai, ça t’es jamais arrivé auparavant et tu pensais peut-être que ça allait être la même chose avec Thomas. Décidément, c’était pas le cas pour que tu te retrouves dans une situation comme celle-là avec lui, mais d’un autre côté, t’avais jamais laissé planer l’ombre d’un doute sur tes intentions dans tes précédentes relations. Cette fois-ci, tu ne lui avais rien dit et tu étais parti sans pour autant essayer de mettre les choses au clair. Peut-être que ça aurait pu être différent. Tu écoutes attentivement tout ce qu’il te dit et tu peux pas t’empêcher de te sentir pris au dépourvu devant ses prochaines questions. Tes yeux s'écartillent un peu, t’as la surprise qui défait ton visage. Tu t’attendais pas du tout à ce qu’il soit aussi direct avec toi et pourtant, t’es pris au piège en ce moment. Encore une fois, tu mens… ou tu dis ce que tu penses vraiment. « Sauf que… j’ai pas arrêté d’y penser depuis la dernière fois. » Tu marques une pause. Tu t’es lancé dans un aveu peut-être beaucoup trop gros pour ce que t’es prêt à assumer, mais tu décides de montrer ton jeu. De toute façon, c’est ce soir que ça se passe et après tu disparais. T’auras qu’à essayer de ne plus le croiser lui et sa copine lorsque tu seras de retour à Los Angeles. « J’essaies de m’imaginer un scénario où t’es pas là, et y’en a aucun qui fait de sens. » T’as le coeur qui bat à cent mille à l’heure, c’est pire que pire. Tu te sens vulnérable, exposé, sans défense. « Mais ça n’a pas d’importance tout ça, plus maintenant. » Tu fais plus partie de sa vie et t’es prêt à l’accepter comme ça. T’as plus trop envie d’y rester non plus quand tu y penses bien. Peut-être que ça pourra t’aider à passer à autre chose de lui dire ce que tu penses, peut-être que c’est bien pour toi finalement.


AVENGEDINCHAINS

_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
598

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Ven 19 Oct - 0:57

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas

Tu es peut-être direct dans tes mots mais tu y peux rien. T'as envie de savoir la vérité. T'as envie de savoir si tu es le seul qui n'arrive pas à dormir la nuit, qui prend une éternité avant de se coucher et qui n'attends même pas le soleil, avant de se lever. Tu veux savoir si c'est toi qui vit dans un autre monde, qui ne fait pas attention à rien. Tu veux savoir tant de choses et en même temps, t'as peur des réponses. T'as peur de comprendre que t'es le seul qui ne vit plus depuis qu'il est parti. Que lui, il a réussis a faire le vide dans son esprit et qu'il est heureux comme ça. Que t'as seulement été un amusement de plus, une histoire de plus écrire à l'une de ses chansons et qu'ensuite, il a préféré rencontrer quelqu'un d'autre. Avec son métier, c'est possible ... Tu connais des garçons qui seraient prêt à faire n'importe quoi pour avoir sa vie et pour profiter de sa popularité. Ne jamais rentrer avec la même personne à son bras, sourire à l'inconnu. Tu ne le cachera pas, t'as regardé de ses performances en vidéo, t'aurais aimé pouvoir comprendre quelque chose mais au final, t'avais été encore plus embrouillé pour rien. Tu le voyais agir devant les caméras, devant son ''armys''. T'avais l'impression de ne pas avoir le même garçon devant toi ce soir. Plus calme, plus posé. Tu voyais bien deux facettes de sa personnalité et tu te demandais quand l'autre pourrait bien sortir. Celui qui sourit à rien, celui qui courtise tout en dansant, clin d'oeil de temps en temps. Celui là, tu l'as vu à maintes reprises en vidéos et t'espérais seulement ne pas le voir ce soir. T'as pas envie de devoir lui demander si c'est une blague ce qu'il fait ou non. Et tu le remercies en silence d'être tranquille. T'as pas envie de te prendre la tête avec lui et comprendre à la suite que t'as merdé, encore une fois. Ce sera ton nouveau mot ça: merdé. Il te colle à la peau depuis son départ.

T'oses lui poser des questions directes, tu veux savoir ce qui se passe dans sa tête. Et t'espères tout bas te tromper. Ça serait plus simple pour quoi que Hoseok te dises qu'il ne veut rien savoir de toi, qu'il ne ressent rien du tout. Tu pourrais alors mettre une croix sur cette histoire et essayer d'avancer tranquillement. Mais malheureusement, ou heureusement tu n'est plus certain de rien, il essaie de te démontrer le contraire et ça, ça te fais beaucoup plus mal que tu ne l'aurais pensé. T'as envie de lui crier d'arrêter, de se taire et de garder le silence, mais tu n'y parviens pas du tout. Tu préfères rester là, à encaisser ses mots, un après l'autre. Et ils sont là, et ils te font un mal de chien. T'aimerais bien lui dire que finalement, tu ne veux rien entendre, que tu préfères passer à autre chose, mais tu ne dis mot. Tu attends qu'il finisse, tu prends tout doucement le temps de comprendre chaque syllabe, chaque petit morceau de mot Tu veux pas comprendre quelque chose et qu'au final, ce soit le contraire. « Je suis pas le genre qui s’attache pour un coup d’une fois, jamais arrivé. » C'était bien ce que tu avais cru comprendre, lorsqu'il avait posé ses mains sur toi. C'était vraiment pas sa première expérience et t'avais simplement été le suivant. Magnifique. « Sauf que… j’ai pas arrêté d’y penser depuis la dernière fois. » Tu sais pas trop comment prendre le tout. Tu sais pas si tu devrais en rire ou en pleurer. Dans un sens, il vient de t'avouer qu'il pensait à toi et toi, tu restes là, toujours assis sur le bord du lit, à le regarder. T'as pas les idées claires en ce moment, tu ne fais que penser à quoi lui répondre ensuite, tout en sachant que t'as qu'une seule envie, soit de te lever, de réduire la distance entre vous deux et d'aller le prendre dans tes bras. Tu sais que ça te ferais du bien, que ça ferait baisser cette foutue tension qui existe entre vous deux depuis quelques minutes. Et pourtant, tu restes là, à le regarder. Tu ne souris plus tandis qu'il continue son monologue, mais tu ne peux t'empêcher de le dévisager pendant un moment, contemplant plutôt l'outil qui lui sert à te parler. Tu préfères te concentrer sur ses lèvres, au lieu de sa voix. Tu crois que c'est moins pire ainsi, que t'arriveras à mieux comprendre, mais c'est peine perdue.

Tu te sens pris dans un étau, c'est pas possible. T'aurais peut-être pas du lui parler comme ça, lui demander autant de trucs non plus. T'aurais peut-être du te taire et le laisser partir, convaincu que tu ne voulais plus rien savoir de lui. Mais tu sais qu'il a besoin d'explication et t'as pas le droit de tout nier. De toute manière, que tu lui dises n'importe quoi, tu sais bien que ça ne servira à rien. T'espères seulement qu'avec tout ça, il pourra trouver le sommeil désormais, s'il en manquait, Mais pour toi, c'est déjà fini ... et ce l'était depuis un bon moment déjà. - Pourquoi t'es pas resté ? Pourquoi t'as préféré partir ? Pourquoi t'es pas resté, bordel ? - T'as fini par élevé la voix et te lever. Tu gesticules un peu trop, certainement, mais t'es un peu trop énervé en ce moment. - Ça aurait été tellement différent, si t'étais resté ... ça aurait été tellement moins compliqué. - Tu sais d'avance ce qu'il te diras ... C'est toi qui lui a dit de partir, toi qui lui a montré la porte, lui disant des mots que tu ne pensais pas. C'est toi qui l'a laissé partir, sans aucune chance de revenir. Et c'est toi encore qui essaie de l'accuser, qui essaie de lui montrer qu'il aurait du rester pour te confronter. Et c'est encore toi qui est là, les larmes aux yeux, à essayer de défendre ton point de vue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
304

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Ven 19 Oct - 1:39


no such thing as beautiful goodbyes




T’avais préféré jouer la carte de la sincérité et tu réalises qu’encore une fois, t’as peut-être pas fait le bon choix. Tu pensais que c’était la meilleure option pour avoir l’esprit au clair et pouvoir passer à autre chose une bonne fois pour toute. C’était tout un pas pour toi que d’être capable de confronter Thomas directement et surtout de lui dire ce qu’il en était de vous deux. Tu détestais cette ambiguïté qui était en train de tout gâcher entre vous deux. Si tu avais perdu toutes tes chances de pouvoir te retrouver dans ses bras à nouveau, tu étais également en train de le perdre comme ami et même si tu ne pensais pas pouvoir continuer à le voir comme si de rien était avant très longtemps, ça te fendait quand même le coeur de devoir terminer votre relation sur ce ton. Tu voulais pas lui faire du mal, c’était pas du tout ton intention et pourtant t’avais l’impression qu’avec chaque mot de plus que tu prononçais, tu ne faisais que enfoncer le clou encore plus loin. Tu sais très bien que ce que tu dis ne te mets pas nécessairement dans une belle position, t’aurais préféré tout garder ça pour toi également. Il n’en reste quand même que t’es totalement honnête avec lui et t’espères qu’il pourra comprendre. T’espères qu’il réalisera pourquoi t’es parti, mais surtout pourquoi t’es devant lui ce soir à essayer de lui expliquer ce qui s’est passé dans ta tête depuis ce fameux après-midi que vous avez passé ensemble, comme s’il y avait une mince possibilité qu’il t’apporte les solutions aux problèmes qui te tourmentait depuis des semaines. Même si t’as continué de vivre ta vie, même si t’as continué de monter sur scène pour faire ton spectacle et plaire à tes fans, y’a pas un moment où tu n’as pas eu Thomas dans tes pensées. Au départ, c’était un remord incroyable, tu ne pensais qu’à l’appeler pour lui dire que t’aurais jamais dû partir comme il t’avait demandé de le faire et puis, depuis que tu avais découvert qu’il avait une petite amie, c’était une jalousie qui te consumait en entier et il n’y avait rien qui avait pu éteindre le ravage qu’elle était en train de faire à tes sentiments.

Si tu avais été surpris par la question de Thomas quelques minutes plus tôt, tu finis par littéralement sursauter lorsque tu l’entend lever le ton contre toi. La dernière fois que t’as vu son visage dans un tel état de rage, c’était exactement au moment où il t’avait jeté à la porte. Ça te rappelles beaucoup trop de mauvais souvenirs et tu préfères détourner le regard alors qu’il te jettes ce qu’il pense bien de vous deux, lorsqu’il te demande surtout pourquoi tu n’es pas resté. T’as la tête basse, tu sais pas quoi répondre. T’oses plus le regarder en face surtout, t’as peur de ce que tu pourras lui dire et encore plus de ce qu’il pourra te répondre. Il ne comprends donc pas que ça ne changera plus rien maintenant? Que ce n’est que tourner le couteau dans la plaie et que ça règlera très certainement pas vos problèmes de trouver la faute à qui? Ton attention se reporte immédiatement sur lui lorsque tu le vois bouger, lorsqu’il se lève et commence à te parler à nouveau. Tu écoutes tout ce qu’il dit, t’as envie de lui couper la parole et lui répondre, tu ouvres la bouche plusieurs fois pour répliquer et tu la refermes immédiatement. T’as pas la vitesse de répondre ce que tu veux, les mots se bousculent trop dans ta tête, t’étais pas prêt à lui faire face de cette façon. « Il faut que je te rappelles les mots que tu m’as dit? » C’est à ton tour de hausser le ton, tout en faisant un pas vers lui. T’es clairement pas assez en forme pour te disputer avec lui, mais t’es pas dans un esprit pour te laisser marcher sur les pieds, alors t’engages la confrontation. Tu remarques ses yeux qui s'embrument et il faut que tu pinces tes lèvres très fort pour retenir tes propres larmes de monter aux bord de ton regard. « Qu’est-ce que ça aurait changé, huh? Dis moi, si c’est de ma faute, dis moi pourquoi j’aurais dû rester. » Ta voix tremble, ton corps au complet tremble. T’as pas la force de l’affronter comme ça, tu peux juste pas supporter de le voir de la sorte et savoir que t’en es la cause.


AVENGEDINCHAINS

_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
598

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Ven 19 Oct - 1:57

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas

Tu as fini par lever le ton et déjà, tu regrettes. T'aurais jamais du commencer comme ça et ensuite, aller l'accuser de quelque chose que toi seul, tu es responsable. T'aurais du te fermer la bouche, tourner sept fois ta langue avant de lui adresser la parole. T'aurais du peser chaque mot avant de les dire, avant de les crier, aussi. Mais maintenant que c'est fait, tu ne peux que t'en prendre à toi-même. C'est dégueulasse ce que tu lui mets sur le dos, mais t'es pas capable de voir les choses autrement. T'as les yeux qui s'embrument, tu ne peux cependant pas détourner ton regard du sien, t'as besoin de lui faire comprendre ce qui se passe mais en même temps, d'entendre sa voix t'expliquer toutes les raisons. Et comme première raison, il n'a pas tort. C'est toi qui lui a montré la porte en lui demandant de sortir, sans même un merci de ta part. T'aurais peut-être du le remercier de base, peut-être que les choses auraient été toutes autres ensuite. Mais ça, t'en sais rien et tu ne le sauras jamais. T'as préféré le mettre à la porte, lui mentionner que tu ne voulais plus rien savoir de lui et espérer ne plus jamais penser à lui. Dommage, t'as manqué ton coup. Dès la porte refermée, tu faisais les cents pas dans la villa de tes amis, à te demander ce qui t'avais vraiment pris. Sur le coup, t'avais cru à une mauvaise passe, t'avais même pensé que Hoseok allait revenir. Et petit peu par petit peu, t'avais compris que ce ne serait pas le cas. Et c'était la dernière fois que tu l'avais vu de tes yeux, face à face. Et tu t'en voulais à mort de ton agissement, de ce que tu avais été capable de faire à ce garçon, à ce que vous aviez réussis à créer cet après-midi là. Pour toi, en tout cas, c'était plus qu'une simple passe, plus que physique, aussi. T'aurais aimé comprendre le tout bien avant. Bien avant son départ et ton refus de lui présenter tes excuses.

- C'est pas entièrement de ta faute. - T'as pas repris une voix plus calme, t'es presque entrain de crier de rage. T'as qu'une envie, c'est qu'il puisse comprendre ce qui se passe dans ta tête, en ce moment. Ce que tu avais eu en tête aussi, cet après-midi là. C'était pas joli, et depuis, tu continue de te questionner sans cesse. Tu as tellement de choses à penser, tellement de choses à cacher, désormais. Tu as tellement de choses autour de toi que t'arrives à rien. C'est pas bien compliqué, t'es complètement perdu. - T'as rien compris ? T'as rien remarqué qui ne fonctionnait pas cet après-midi là ? - T'es pas vraiment prêt à lui dire en face à face, le problème. Tu préfères le laisser faire ses propres déductions. De toute manière, tu ne sais même pas si t'aurais pleinement le courage de tout mentionner. T'es découragé, t'es en colère aussi et tu ne vois plus rien. C'est plus qu'embrumé présentement, c'est embrouillé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
304

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Ven 19 Oct - 9:56


no such thing as beautiful goodbyes




Ca y’est, vous êtes en train de vous disputer. T’as monté le ton en premier, il a suivi, et maintenant, vous êtes face à face, en train de vous crier des bêtises. T’aurais de très loin préféré être en train de lui crier autre chose à la place, à quel point t’as pas envie d’être dans cette situation là avec lui en ce moment, à quel point tu trouves ça complètement stupide que vous vous détruisez pour une histoire comme celle-ci, mais aussi à quel point t’es un idiot de pas être resté, que tu veux juste être avec lui et personne d’autre, que ça te tue de savoir que c’est pas le cas et que c’est quelqu’un d’autre qui a le droit de le voir sourire à tous les jours et pas toi. Non, toi à la place, t’es sur le point de le faire pleurer et t’es sur le point de te faire pleurer également. Pourquoi est-ce que vous vous entêtez à vous faire du mal, premièrement? Si tu t’écoutais, tu prendrais encore la fuite. Tu détestes la confrontation, tu détestes les disputes. T’es pas celui qui est doué pour les gérer, t’as aucune diplomatie, c’est bien loin d’être ton champ d’expertise. Par chez toi, lorsque ça se dispute sérieusement, y’a toujours un médiateur pour essayer de bien régler le problème. En ce moment, c’est pas le cas et t’es en train de toute faire escalader, tout est sur le point d’exploser. Il n’y en aura pas de médiateurs non plus, puisque personne est au courant de votre petite aventure. Alors c’est à toi de régler ça, comme un grand garçon, avec toute l’expérience que t’as dans les relations affectives, et c’est à dire, un beau gros zéro. Et à voir comment les choses se déroulent en ce moment, tu donnes pas très cher de ta peau pour ce qui est de la suite.

T’as juste envie de comprendre, pour partir en paix peut-être après. T’ignores comment ca va se passer de ton côté. En ce moment, t’es complètement fou de penser que votre dispute se terminera et qu’il ira se consoler dans les bras de quelqu’un d’autre peut-être, alors que toi, tu devras vivre avec tes petits problèmes dans ton coin. Finalement, c’était une très mauvaise idée tout ça. T’aurais jamais dû lui écrire, t’aurais jamais dû essayer de comprendre ce qui se passait dans sa tête non plus. Il dit que tu le perturbes et pourtant, tu comprends pas ce qui se passe exactement. T’en as marre de ses réponses vagues, t’as juste envie d’être direct avec lui pour essayer d’abréger le plus possible votre conversation. « Ce que je comprends pas, là maintenant, c’est pourquoi t’as traversé le pays pour venir discuter d’une aventure d’un soir avec moi, alors que t’es en couple et qu’il y a quelqu’un qui t’attends à la maison. En quoi est-ce que ce qui s’est passé cet après-midi là fait autant la différence pour toi? » Si ça paraissait pas avant que t’étais mort de jalousie, maintenant tu ne peux plus vraiment te cacher. C’est un très mauvais sentiment, t’as jamais ressenti ça à cette échelle là de toute ta vie. Tu pensais pas pouvoir détester quelqu’un que tu connais pas et pourtant, t’as pas envie de croiser cette fameuse fille dans la rue non plus. Pour toi, c’est elle qui bloque tout. T’es incapable de regarder Thomas dans les yeux, t’as qu’envie de te jeter sur lui pour le faire taire et lui dire que t’en fiches bien de tout ça en réalité. Tu te surprend plus qu’une fois à détourner le regard jusqu’à ses lèvres et lorsque tu le fais, tu te rattrappes immédiatemment en revenant vers ses yeux. Ses yeux qui sont plein d’eau maintenant, tu te demandes comment il fait pour voir clair, parce que ta vision à toi commence à devenir floue également. C’est pas possible, tu peux pas pleurer devant lui, t’es pas celui qui pleures non plus. Tu lèves tes yeux vers le plafond, avec le mince espoir que ça retienne l’eau qui menace de couler sur tes joues d’une seconde à l’autre. « Je comprends pas pourquoi on se fait du mal avec ça, ça changera rien. » Il est où ton optimiste, il est où cet espoir qui te caractérise autant? Lorsque tu penses à Thomas, tu peux t’empêcher de sombrer. Tu pensais pas que de t’attacher à quelqu’un pourrait t’éloigner autant de tout ce que tu prêches depuis des années et pourtant, te voilà aujourd’hui. Tu t’étais jamais attaché auparavant et tu commences à comprendre que c’était peut-être avec raison.


AVENGEDINCHAINS

_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
598

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Ven 19 Oct - 16:08

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas Brodie-Sangster

- Tu n'as absolument rien compris. - Ta voix est redevenue calme un peu, et t'arrêtes de parler pendant un moment. T'avais pensé avoir été assez clair avec lui, lors de cet après-midi là. Mais tu comprends bien que ce n'est pas le cas et ça te fais mal en dedans. T'ignores pourquoi, mais ça te revires l'intérieur au complet. T'as l'impression d'être quelqu'un de différent, de ne plus être le même depuis que Hoseok est arrivé dans cette chambre. Lentement, tu soupires, tu portes l'une de tes mains à tes yeux et t'essuies sous ces derniers. Tu te retrouves avec le bout des doigts mouillés, tu n'y peu rien du tout. Néanmoins, tu continues de fixer ton ancien amant, tu ne peux le quitter des yeux maintenant. Si tout à l'heure tu ne voulais qu'une seule chose, soit regarder le plancher, ce n'est plus le cas. Tu l'affrontes du regard, tu ne veux plus détourner ton attention. - Arrête de parler quelques secondes et penses y comme il faut. - Tu continues de le fixer, tandis que tu hoches la tête par négation, avant de lever les épaules au ciel. T'arrives pas à comprendre comment tout ça est possible, comment t'as réussis à te mettre dans autant de problèmes à la fois. Que ce soit avec lui, avec ta ''petite amie'' ou encore, avec tout le reste autour de toi. Y'a personne qui ne sait rien, y'a personne qui est capable de comprendre ce que tu es entrain de faire en ce moment et même toi, tandis que tu fixes Hoseok, c'est mort dans ton esprit. Tu ne peux simplement pas comprendre ce qui t'emmènes a chercher autant les ennuies de cette façon. T'aurais du lui donner raison depuis le début, lui mentir et lui dire que ça ne t'avais rien fait. Que depuis qu'il avait franchis la porte cet après-midi là, t'était heureux comme jamais, que tu flottais sur un petit nuage et que t'étais bien dans ta peau. Mais à la place, t'essaies de lui expliquer ce qui est arrivé, mais tu ne sais pas trop comment faire. T'oses pas être direct avec lui, lui expliquer exactement comment tu t'es senti cette journée là. Que ce soit avant, pendant ou après. Tu sais juste pas comment apporter le tout en conversation non plus. « Je comprends pas pourquoi on se fait du mal avec ça, ça changera rien. » - Tu n'as qu'à partir dans ce cas là ... comme avant ... - Ta voix a changé, elle est redevenue attaquante. T'as même fini par hausser le ton un peu, t'es prêt à te défendre. Tu ne sais pas pourquoi, pour quelle raison valable ni même jusqu'à quel niveau tu pourras le faire, mais t'espères être capable de sortir les griffes, si jamais il décide de tout te mettre sur le dos. Et pourtant, tu sais très bien qu'il n'aurait qu'à faire un tout petit geste envers toi pour que tu puisses baisser toutes tes barrières, pour que tu puisses t'abandonner à nouveau à lui. C'est compliqué, c'est pas possible comment tu penses. T'arrives juste pas à comprendre pourquoi ça se bouscule autant dans ta tête en ce moment. Ton coeur s'accélère, tu n'entends que lui en ce moment. Il vient fortement taper dans tes tympans tandis que tu reportes, pour la deuxième fois, tes doigts à ton visage. Tu t'étais promis de ne pas pleurer, de ne pas te montrer aussi vulnérable devant lui et pourtant, c'est bien ce qui est entrain d'arriver. En peu de temps, il t'as tout simplement mis à terre et dès qu'il ouvre la bouche, c'est un coup de plus à encaisser.

Tu as la tête lourde de tout ce que tu devrais lui dire. Tout s'emmêle, t'essaies de faire du sens dans tes pensées, avant que tout ceci n'éclate d'une drôle de manière. Tu sais que lorsqu'il quittera ta chambre d'hôtel, tu pourras mettre une croix sur tout ce que vous avez vécu ensemble. - Peut-être que pour toi, c'était rien, d'accord. Je le sais pas, j'en sais rien, je l'ignore complètement. Garde seulement en tête que j'ai eu mes raisons d'agir de la sorte et que si ça serait à recommencer, je ferais exactement la même chose. C'est peut-être simple pour toi, je sais pas comment t'as vécu tout ça, il y a peut-être longtemps, mais c'est pas mon cas. - Tu marques une pause, t'as fini par faire un pas dans sa direction, mais ta voix est toujours aussi portante. Tu veux pas paraître pour un lâche, pour quelqu'un qui a peur de s'exprimer, de s'expliquer, aussi. Tu veux juste être franc et direct avec lui, arrêter de toujours parler en parabole et essayer de lui faire comprendre. T'en peux plus de jouer à ce genre de jeu, comme si tout était de ta faute, de sa faute, de ta faute encore fois. Pour retourner vers lui ensuite. - Tu veux savoir quoi au juste ? Pourquoi je suis ici, à Chicago ? Je voulais te voir, d'accord, t'as raison. Laisse faire le tourisme, je m'en balance. Je voulais seulement te voir, pour essayer de comprendre si je me trompais ou non. Et je vois que je suis pas entrain de me tromper, mais pas du tout et ça, ça me fait peur, tu ne sais pas comment. - T'as arrêter de t'essuyer les yeux depuis quelques temps et ça parait. Tu sens les larmes qui commencent à couler, t'as un peu honte de toi désormais. Non, pas vraiment. T'as carrément honte de ton agissement et tu regrettes un peu ce qui se passe en ce moment. - Si ça serait à refaire, si on reviendrait en arrière ... je te dirais pas non, non plus. Je passerais cette première fois avec toi aussi, et pas autrement. Vraiment pas. -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
304

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Ven 19 Oct - 19:20


no such thing as beautiful goodbyes




Il a bien raison cette fois, tu comprends absolument rien. Tu sais pas si c’est parce que t’es pas capable d’additionner les variables comme il le faut, s’il te manque des bouts qu’il ne veut absolument pas te dire ou bien encore si c’est juste ta tête qui est incapable de raisonner comme il faut, mais tu comprend rien du tout à ce qu’il raconte et pourtant, c’est pas faute d’essayer. T’as l’impression de tourner en rond et lorsque tu te surprends à trouver une bride de réponse, aussi petite soit-elle, tu te dis que c’est pas possible, que ça peut pas se passer comme ça et que la logique est complètement fausse et que t’es pas prêt de trouver la réponse à tes questions. T’en a tellement de questions, mais d’un côté, tu sais pas exactement si tu veux savoir les réponses. Tu te dis qu’il est un peu trop tard peut-être pour reculer, que t’auras pas trop le choix de faire face à la musique puisque vous êtes déjà bien engagé à vous engueuler dessus comme deux amants en pleine dispute. C’est un peu ça en fait, lorsque tu y penses bien, sauf que tu lui dois plus rien et lui non plus, alors t’essaies de trouver les raisons qui te poussent à rester dans cette chambre et continuer à te prendre la tête avec lui. Tu veux savoir, maintenant que vous avez commencé à vous faire, aussi bien continuer jusqu’à temps que tu aies trouvé les réponses que tu as besoin de savoir pour être capable de passer à autre chose. Tu te tais finalement lorsqu’il te demande de le faire, tu le fixe sans arrêt et t’attends la suite. S’il est prêt à parler, t’es prêt à l’écouter. De toute façon, où t’es rendu là, déjà sur le point de te mettre à pleurer, tu peux pas vraiment tomber beaucoup plus bas que où tu es en ce moment. Tu te tais et tu fais exactement ce qu’il te dit et tu réfléchis, sauf que ta propre confusion se mélange drôlement avec ce qu’il essaie de te faire deviner et ça te donne plus mal à la tête qu’autre chose. Tu fais que rouler des yeux lorsqu’il t’attaques à nouveau, t’oses même pas répondre à ce qu’il te dit encore. Tu sais très bien que ça t’en prendrais pas beaucoup pour te diriger vers la porte et fuir à nouveau, s’il faut qu’il commence à t’encourager en plus, c’est peine perdue.

T’essaies d’ignorer les larmes qui commencent à couler sur ses joues. T’as pas manqué les deux fois où il a tenté de s’essuyer le rebord des yeux avec ses mains, et chaque fois a été beaucoup plus douloureuse que la première pour toi à regarder. T’as même pas le temps de prendre quelques secondes pour essayer de prendre le peu de contrôle qu’il te reste sur toi que sa voix te ramène directement à lui et t’es surpris de ce qui suit. T’ouvres plusieurs fois la bouche pour parler, t’ouvres plusieurs fois la bouche en fait parce que t’es pris de court et tu sais pas du tout comment réagir. Tu l’écoutes et tu perd le contrôle, t’arrives pas à croire ce que t’entends, t’as envie de te pincer quelques secondes pour voir si c’est vrai et pourtant, y’a que tes yeux qui lâchent prise et c’est à ton tour de passer rapidement la main dans ton visage pour essuyer toute trace de ta faiblesse. C’est pas possible, tu peux pas être dans une situation comme ça avec lui. « Tu crois vraiment que j’aurais pas pris le premier taxi pour venir ici si ça voulait rien dire pour moi? » Tu commences à comprendre, tu sais pas si tu saisis tout exactement comme il le voudrait, mais à voir comment il essaies de se comparer à ton passé, tu commences à comprendre. Tu fais le lien avec la petite-amie aussi, et tu réalises que si t’es à l’aise avec tes préférences, c’est peut-être pas son cas. Tu te sens mal tout d’un coup, t’avais jamais vraiment pensé à tout ça, pour toi c’est une question qui est réglée depuis tellement longtemps. Quelque chose que tu gardes pour toi peut-être, mais ça ne veut pas dire que tu ne t’acceptes pas comme tu es pour autant. Sauf que ses paroles n’arrêtent pas, ses larmes non plus, et ça aide pas les tiennes à arrêter de vouloir sortir. « J’arrives pas à te suivre, j’y comprend rien. T’as peur de quoi maintenant? Te tromper sur quoi? » Tu passes tes mains dans tes cheveux en signe de désespoir, t’as juste envie de le prendre dans tes bras, arrêter de lui crier après surtout. C’est trop, en même temps, tout ça. Trop d’informations, trop de mots, trop de réflexion à faire. Tu peux pas lui faire face, tu essaies de faire les cents pas dans la chambre, mais y’a cette force qui te pousse à ne pas t’éloigner de lui à la seconde près où sa voix résonne à nouveau dans la petite pièce où vous vous trouvez. Tu l’écoutes parler encore une fois, tes mains ne quittent pas tes cheveux et tu laisses sortir un juron à la seconde près où il termine de parler. Tu le sens ton coeur qui fait trois tours dans ta poitrine et ton ventre qui se sert lorsque finalement tu comprends ce qui se passe. Tu peux pas croire que t’as été un imbécile à ce point. C’est de ta faute finalement, c’est entièrement de ta faute. Ça te prends pas plus que deux pas vers lui pour finalement l’atteindre et tu le prend dans tes bras en le serrant tellement fort contre toi. « Bordel, je suis tellement stupide. » Ta voix craque beaucoup plus que ce que t’aurais aimé, mais à ce point, est-ce que c’est vraiment important l’air que tu te donnes? Tu sais très bien que ca sert plus à rien de te cacher.


AVENGEDINCHAINS

_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
598

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Ven 19 Oct - 23:10

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas Brodie-Sangster

« Tu crois vraiment que j’aurais pas pris le premier taxi pour venir ici si ça voulait rien dire pour moi? » Tu hausses les épaules, à lui de te le dire au final. Tu ne sais plus quoi penser de toute cette histoire. T'avais cru au départ qu'il était là pour te faire comprendre de disparaître, et non pour te parler. Mais au final, tu es peut-être celui qui parle le plus entre vous deux. Mais au fond, tu en as tellement besoin. Tu as besoin de te vider le coeur et tu sais que si ce n'est pas devant lui, ça finira devant quelqu'un d'autre et ça, t'en as pas envie. Tu as surtout envie de te montrer sous ton bon jour avec lui, que ce dernier puisse te faire entièrement confiance. Tu n'es pas prêt à reculer maintenant. Plus maintenant. T'ignores comment le tout va sortir, si Hoseok finira par te comprendre mais t'as espoir que cette fois-ci soit la bonne. T'as l'impression que tout a été écrit d'avance, comme une chanson - Dany Bédar, faire la paix avec l'amour -, mais au fond, tu n'en sais trop rien. T'aimerais comprendre, ça oui par contre. T'aimerais savoir le fond de ses pensées aussi, savoir ce qui l'inquiète autant, vu qu'il a l'air aussi désespéré que toi en ce moment. Peut-être est-ce ton attitude, ta façon d'agir ou de parler. La manière de te tenir aussi, tout est assez possible dans ce genre de situation. Tu sais uniquement que tu y est pour quelque chose et ça, tu ne peux pas faire autrement. T'aimerais pouvoir penser autre chose, croiser les bras, fermer les yeux, et déjà être à demain. Esquiver cette conversation, faire semblant que tout va bien, mais c'est pas possible. Et même si tu essaies très fort, ça n'arrivera jamais. T'es pris là, dans cette situation que tu as toi même provoquer et que t'essaies de stopper. Et ça, t'espères y arriver.

T'as peur de te tromper sur ce que tu ressens. C'était pas clair le mois passé, ni même la semaine passée. Et encore moins hier matin ou il y a trois heures de ça. Mais depuis que tu l'as devant toi, t'as plus aucun doute possible. Il y a bien quelque chose entre vous deux, tu ne peux le nier. Le ressent-il, lui aussi ? T'as le coeur à l'envers, tu as de la difficulté à respirer, à le regarder uniquement dans les yeux. Tu penses à cet après-midi, lorsque tu t'es retrouvé dans ses bras, ayant complètement perdu le nord. Ça te rends malade de penser que t'aurais pu vivre de quoi de beau avec quelqu'un, que t'aurais pu être heureux, très certainement. Mais à cause de ta peur du jugement, de la peur de te tromper aussi, de te faire pointer du doigt, des médias, de ta famille ... Tu as préféré créer un problème aussi gros que le monde et tu n'es plus capable de tout arrêter. Ça serait si simple d'expliquer le tout à Lucy, cette dernière serait compréhensive, tu le sais bien. De toute manière, elle a une vie elle aussi et elle est peut-être écoeurée de devoir te couvrir, comme un enfant du primaire pris en faute. Elle a certainement quelqu'un a retrouver le soir, des amies avec qui papoter et non devoir partir avec toi à toutes tes sorties ou presque, demeurant à l'écoute de tout ce que tu dis, pour pouvoir apprendre ta vie et ne pas se tromper. T'aimerais que les choses soient autres, que ta vie soit autre aussi. T'aimerais pouvoir recommencer une partie de cette histoire. Juste après avoir passer le plus beau moment de toute ta vie, juste avant de mettre Hoseok a la porte de la villa de tes amis. Cette journée a été une de plus belle de toute ton existence mais également la plus toxique. Et t'as beau essayer de l'oublier, mais t'es juste pas capable. Et encore moins depuis que Hoseok a pris place tout près de toi, l'air n'est plus respirable, t'étouffe. Si tu le pouvais, tu sortirais maintenant au balcon, tu irais fumer une cigarette, espérant tout mettre de côté ce qui est entrain de se passer. Et pourtant, tu ne veux pas que Hoseok te regarde de haut si jamais tu décides d'aller prendre l'air. Tu veux seulement lui parler, essayer de lui faire comprendre toutes les raisons qui t'on poussé à te rendre jusque là, ce fameux après-midi.

Dès que tu commences à parler, rien ne t'arrêtes. Tu veux qu'il puisse comprendre ce qui se passe, pourquoi t'as été méchant avec lui mais pourquoi aussi t'as pas été capable de le rappeler ou de lui donner des nouvelles. Tu l'entends jurer, tu finis par baisser la tête, comprenant que t'as trop parlé. T'aurais peut-être du garder le tout pour toi, même si le fait de lui en parler te fais un bien énorme. C'est certainement trop d'informations personnelles, t'aurais du te taire et essayer de tout oublier. On idéalise souvent certaines choses et ça, pour toi, ça n'avait pas été le cas. Tout avait été parfait, allant même ajouter la personne avait qui t'avais découvert certaines choses, jusque là inconnue de ta personne. T'aurais peut-être choisi un autre endroit, t'allais pas te le cacher non plus, mais quoi qu'il en soit, le canapé avait été le dernier de tes soucis. Tu finis par fermer les yeux, ses derniers sont remplis d'eau, d'ignores même si tu pourrais recommencer à parler, mais tout arrête d'un coup, lorsque tu sens le corps de Hoseok contre le tiens, l'espace d'un moment. T'ignores pourquoi, mais y'a plus rien qui fonctionne. Que ce soit au niveau de ta tête, de ton coeur, dans tes pensées et dans tes paroles. Tu restes là un moment, tu bouges pas, tu gardes les bras ballants pendant une éternité. Son étreinte, jamais tu ne la lui redonneras. Tu préfères, après quelques secondes, te déprendre de son emprise pour reculer un peu, reprendre une position assise sur le lit de l'hôtel et reposer ton regard sur sa personne. Tu soupires bruyamment, tu cherches quelque chose à lui dire pour expliquer ton agissement mais c'est pas trop facile. - Je suis tellement désolé, j'aurais du essayer de t'expliquer avant ... - Tu te sens lâche d'un coup, tu te sens pas très à l'aise dans cette situation non plus. T'as pas vraiment l'habitude d'être à découvert de cette manière et t'aimes pas vraiment l'image que ça te donne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
304

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Sam 20 Oct - 1:16


no such thing as beautiful goodbyes




Depuis que t’as rencontré Thomas, tu te retrouves face à beaucoup plus de surprises que tu t’en attendais en faisant sa connaissance. Tu pensais pas pouvoir en pincer comme ça pour un parfait inconnu et pourtant il y avait eu quelque chose chez lui qui t’avait plû à la seconde où vous aviez commencé à vous parler. Tu ne pouvais pas dire que c’était désagréable comme surprise au départ, mais jamais tu ne te serais douté que toute cette histoire aurait pu vous mener aussi loin. Lorsque tu regardais tout le chemin que vous aviez fait depuis que vous aviez fait connaissance, tu réalisais que c’était bien loin d’être l’amitié tranquille avec le garçon que t’avais trouvé mignon lors d’une petite soirée où ton groupe avait été invité, par mesure de politesse fort probablement puisque tu n’avais pratiquement pas parlé à personne de la soirée, ton anglais foireux te poussant à te coller à ton leader ou bien à faire des conneries en espérant que ça allait distraire les américains de ton accent qui ne valait pas grand chose. L’après midi que t’avais passé avec Thomas était bien loin d”être une exception à la règle également, tu n’avais jamais eu aucune arrière pensée en te rendant chez lui cette fois, ne serait-ce que pour pouvoir pratiquer un peu ton anglais, lui montrer un peu ta musique, un échange de services un peu, si tu pouvais le voir comme ça. Et pourtant, encore une fois, tu t’étais trompé sur toute la ligne. D’ami, Thomas était devenu un amant et t’avais rien fait pour arrêter tout ça, même si tu savais très bien que tu mettais votre amitié en jeu en agissant de la sorte. Tu t’étais toujours considéré comme quelqu’un d’insouciant, pas irresponsable, mais peut-être que tu oubliais un peu trop de réfléchir des fois, et tout ce qui vous arrivait en ce moment n’était que la preuve que tu devrais peut-être commencer à essayer de le faire. Tu venais de perdre un ami, si c’était pas cher payer pour le prix de ta nonchalance, tu ignorais ce que ça te prendrait pour comprendre que t’étais en train de tout gâcher.

Tu tiens Thomas contre toi, mais à ton plus grand malheur, il ne retournes aucunement ton étreinte. T’as le coeur qui brise en milles morceaux, t’es certain que ça te prendra beaucoup de temps essayer de le remettre en place. T’ignores si tu arriveras à trouver toutes les pièces même, il est fort probablement parti avec plusieurs d’entre elle et tu sais très bien que y’a aucun moyen de tout remettre en ordre s’il n’est pas là. T’aurais dû le lâcher à la seconde même où t’as senti qu’il ne te rendait rien et pourtant, t’attends qu’il se détache de toi pour reculer, aller reprendre l’endroit où t’étais accoté sur le mur un peu plus tôt. Tu pensais bien faire, finalement, tu t’es sérieusement trompé. T’as plus le courage de le regarder dans les yeux, tu préfères éviter son regard, même si tu le sens sur toi. Tu sais pas à quel point ses aveux vont tout changer entre vous deux, t’as l’impression que vous avez encore fait un pas par en avant pour reculer de deux. En même temps, tu peux pas le blâmer. Tu comprend qu’il y a encore beaucoup à régler dans sa tête. T’aimerais lui parler de tes propres craintes et pourtant, c’est impossible. Tu peux pas le faire, parce qu’elles ne sont pas réalistes, tu sais très bien qu’il en est rien maintenant de ce qui aurait pu se passer de beau entre vous deux. Y’a aucune tension qui s’est apaisée entre vous deux, si ce n’est que vous avez arrêté de vous crier dessus. Votre engueulade à plutôt laissé place à un malaise et tu te surprend à te demander ce que tu préfères entre les deux. Tes mains retournent se cacher dans la poche avant de ton hoodie, faut vraiment que tu contrôles tout ton corps au complet pour ne pas essayer de partir, tu mord l’intérieur de ta joue pour retenir ce qu’il te reste d’émotion à pleurer. T’as plus trop envie de lui montrer cette partie de toi, t’as essayé, ça t’as absolument rien apporté de toute façon. Peut-être que c’est mieux de continuer de prétendre que tu peux passer par-dessus peu importe ce que vous avez eu ensemble. « C’est pas la peine, je comprend. Je sais que c’est pas facile. » Tu sais par où il passe, t’aimerais l’aider. Lui dire que t’as vécu la même chose y’a quelques années, que t’es pas encore tout à fait rendu là aussi, mais que tu y travailles. T’as beaucoup d’autres aspects de ta vie personnelle à travailler aussi, comme le fait de laisser plus de gens entrer dans ton petit univers, essayer de t’attacher pour une fois, peut-être arrêter d’avoir peur de faire de la place pour quelqu’un de spécial, mais ça, c’est tes problèmes. T’es pas rendu au point d’en parler, c’est pas approprié en ce moment de toute façon. Tu hausses un peu les épaules en soupirant longuement, tu pensais être capable de faire un pas en sa direction, essayer de le rejoindre quelque part et tu réalises que t’avais tort. « J’ai jamais voulu être un salaud. J’aurais dû rester et m’expliquer, on serait pas rendu là. J’aurais dû comprendre aussi, que paniquer comme t’as fait, c’est pas une réaction rationnelle et qu’il se passait bien un truc. C'est moi qui est désolé. » Ta voix est redevenue calme, tu parles presque pour toi même, tu essaies de trouver des motifs dans le plancher. Tu sais plus quoi faire de ta personne, t’as juste envie de disparaître en ce moment. Tu te sens mal, rejeté et honteux aussi, un beau mélange qui te donne juste envie de partir et oublier ce qui vient de se passer.


AVENGEDINCHAINS

_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
598

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Sam 20 Oct - 1:56

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas Brodie-Sangster

Tu ne te sens pas très bien, tu as mal au coeur présentement. C'est pas nouveau, ça t'es déjà arrivé d'avoir ce genre de symptômes et c'est exactement lorsque Hoseok avait franchis la porte de la villa, pour te laisser seul avec tes problèmes et tes doutes. Au départ, oui tu lui en avait voulu. Et beaucoup. Vraiment beaucoup. Mais plus maintenant. Comment aurait-il savoir autant sur toi, en si peu de temps ? Bon d'accord, il y avait des signes qui ne pouvaient pas tromper. C'était clair comme de l'eau de roche. Autant ta manière de te coller à lui, d'hésiter, de le laisser tout diriger. Tes paroles aussi, tout ce que tu avais voulu lui faire comprendre en un seul petit mot. Tu ne peux pas croire qu'il n'a pas compris ce qui se passait cet après-midi là avec toi et pourtant, tu préfères le laisser là, te séparer de son étreinte et reculer. Tu ne veux pas t'attacher à nouveau et comprendre que c'était pas ça, la bonne chose à faire. Et pourtant, t'aimerais bien pouvoir avancer, savoir vers quoi te diriger aussi. T'aimerais pouvoir savoir quoi décider, quoi faire, quoi dire et comment te comporter. T'aurais adoré pouvoir blottir le bout de ton nez dans son cou et comprendre que t'étais en sécurité. Que peut importe ce qui peu se passer, ce que les autres peuvent bien penser de tout ça, y'a rien de mal. À deux, tout est plus facile à traverser, tout est plus lucide aussi. Lorsqu'on est deux, on peu déplacer beaucoup de choses, on peut avancer vers quelque chose de merveilleux. Et pourtant, t'as préféré te reculer et reprendre place sur le lit, ne voulant pas mêler ton corps à ancien ami. T'as pas l'intention de dépendre de ses gestes tendres, même si ses derniers te manquent continuellement. Depuis la dernière fois que tu l'as vu, depuis ce fameux après-midi, tu te sens différent. Et pas uniquement au niveau physique. Y'a quelque chose qui a changé, y'a quelque chose qui a fini par se briser au niveau des sentiments et tu sais que t'arriveras jamais à ressentir quelque chose d'aussi fort pour quelqu'un d'autre. C'est pas pour rien que c'est Hoseok qui a fini par tout faire tomber autour de toi, pour réussir à t'approcher. Ce n'est pas pour rien que tu t'es collé d'avantage à lui et pas à quelqu'un d'autre, même si tu le connaissais que très peu. Ou pas du tout, non plus. Tu ne lui avais parlé qu'une seule fois, vous aviez fait connaissance lors d'un petit événement, rien de bien grandiose non plus. Vous aviez sympathisé, t'avais essayé de lui parler un peu, d'apprendre à le connaitre et déjà, une sorte d'amitié été né. Mais plus maintenant. Tandis que Hoseok se recule à son tour, qu'il décide de cacher ses mains dans son gilet, tu en profites pour lui parler un peu. Tu tiens à t'excuser de tout ça. Du passé, mais également du présent. T'as pas été très gentil ce soir, tu l'as subitement attaqué, ne lui laissant aucune chance pour s'échapper et pour comprendre. Et pourtant, vous êtes encore là, au même point de départ, à essayer de vous expliquer sur quelque chose qui ne sert à rien.

Tu ne peux t'empêcher de rebaisser la tête lors des premières paroles du coréen. C'est vrai que c'est pas facile, y'a des trucs qui se passent beaucoup mieux. Mais au fond, tu te dis que certaines choses sont pires aussi. Il se passe tellement de chose dans le monde que ton histoire, que votre histoire, ce n'est absolument rien. Enfin pour toi, c'est complètement tout. C'est une page que t'aimerais écrire, ou tourner, tu le sais plus. - T'as jamais été un salaud, crois-moi. - Tu as fini par relever la tête et cette fois-ci, t'as un sourire au coin des lèvres. T'espères qu'il pourra te croire, parce que t'es sincère. - Ce n'est pas l'impression que j'ai eu en tout cas. Si ça aurait été le cas, je crois pas que je serais encore ici à te parler. - T'aurais plutôt pris tes jambes à ton cou, t'aurais fuit l'évidence, t'aurais tout mis de côté pour ne plus jamais le voir. Et surtout, t'aurais jamais accepté d'aller aussi loin avec lui. Jamais. Tu as toujours le regard braqué sur lui, t'aimerais beaucoup qu'il puisse comprendre et surtout, te répondre avec franchise. - On y peu rien, ça sert à rien de vouloir revenir en arrière et changer quelque chose qui est déjà arrivé. Si ça serait de moi, y'a tout un tas de choses que j'aimerais changer... mais ce qui c'est passé entre toi et moi... pas du tout. - T'as parlé vite et t'ignores si avec ton accent, il est bien capable de te comprendre. Et non, tu ne souhaites pas répéter. - Tu étais sérieux lorsque tu m'as dit que c'était la dernière fois qu'on se parlait ? - C'est là que tu veux sa franchise, c'est là que tu aimerais pouvoir comprendre. - Je suis pas certain d'être capable personnellement. J'ai toujours cette petite voix dans ma tête qui me dit de m'accrocher. - T'as pas perdu ton sourire, ni ton regard dans sa direction. T'ignores seulement si ça va le faire réagir ou non.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
304

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Sam 20 Oct - 2:33


no such thing as beautiful goodbyes




La tempête est passée. Comme ça, vous êtes passé de la plus grosse dispute que tu te souviens avoir eu avec quelqu’un à un semblant de discussion normale. Évidemment que ce n’est pas l’idéal, vous venez quand même de vous crier des bêtises, t’as pas été correct, lui non plus. Vous vous êtes surtout pas gêné pour vous attaquer mutuellement. C’est pas du tout ton genre de t’énerver comme ça contre les gens, encore moins contre les gens qui te tiennent à coeur, mais cette fois-ci, t’as laissé tes émotions prendre le dessus et tu commences sérieusement à t’en vouloir d’avoir agit ainsi. T’aurais pas dû, pour plein de raisons. Parce que t’étais certain que c’était bel et bien la fin de ton amitié avec Thomas, mais aussi parce que ça ne faisait que vous faire reculer et t’avais pas du tout envie de revenir dans une situation de conflit avec lui sur des événements qui, malheureusement, ne pouvaient pas du tout être changé. Vous aviez tous les deux vos tord, tu avais fait des erreurs très graves, tu avais ignoré des signes que t’aurais dû voir arriver à des kilomètres cet après-midi là et pourtant, t’agis comme si tu étais surpris de tout ce que Thomas te racontes. Pour quelqu’un qui est normalement doué pour cerner son entourage et agir comme un confident, tu te trouves bien médiocre en ce moment. T’as même pas pu être là pour Thomas lorsqu’il en avait besoin, t’as agit comme un égoïste et tu t’en veux terriblement pour ça. C’est probablement ce qui vous a mené à tout ça aujourd’hui, ça et le fait que t’as décidé de disparaître de la carte depuis le dernier mois. D’un autre côté, t’as pas eu vraiment le choix de te concentrer sur le travail. Tu es à un point dans ta vie ou ta carrière est à son plus fort, t’as besoin de toute ta concentration pour donner le meilleur de toi et c’est pas facile tous les jours de te présenter au public avec un énorme sourire. T’es épuisé, et pas seulement physiquement. La fatigue de ton corps, tu peux très bien l’endurer. T’as vu beaucoup pire lorsque tu commençais, c’est un rythme auquel t’es habitué. C’est ta fatigue mentale qui commence à se faire sentir et le désordre qui règne dans tes sentiments ne t’aide décidément pas à prendre du repos pour attaquer la deuxième moitié de ta tournée avec toutes les forces qu’il te reste. Tu donnerais n’importe quoi pour faire la paix avec Thomas en ce moment et pourtant… t’as pas envie de lui dire que vous pouvez redevenir amis et agir comme si rien ne s’était jamais produit.

Thomas te parle et pour quelqu’un qui se fait normalement discret, tu te surprend à penser qu’il a beaucoup de choses à dire sur votre situation. Ce n’est pas un mal, au contraire. C’est toi en ce moment qui peine à trouver tes mots. Peut-être que si t’avais pu lui communiquer dans ta langue maternelle, t’aurais eu beaucoup moins de mal. T’aurais peut-être dis beaucoup plus de conneries aussi, considérant à quel point tu t’es forcé pour bien penser à tes mots avant de les laisser sortir. Tu veux pas le regarder, ça te met dans un état que t’es incapable de gérer en ce moment. T’écoutes bien ses mots, ça te permet de bien te concentrer sur ce qu’il dit, t’essaies de comprendre chacune des phrases malgré tout. Tu trouves que ça te reviens beaucoup plus naturellement que tu ne le pensais, c’est pas comme si t’avais pas essayé de te creuser la tête à pratiquer ton anglais pendant la tournée non plus, Namjoon qui avait tellement insisté pour que vous faites vos discours dans la langue internationale pendant les concerts. Tu fais un petit signe de la tête pour laisser comprendre que tu l’entends, mais tu sais pas quoi dire. T’as jamais voulu mal agir avec lui, ça n’a jamais été ton intention. Tu t’en veux de l’avoir blessé à ce point, malgré tout ce qu’il te dit, c’est quand même ce qui s’est produit. Il continue de te parler et tu réalises qu’il a bien capté lorsque tu lui as dit que tu pensais que c’était mieux d’arrêter de vous parler, un peu plus tôt. Évidemment que tu ne voulais pas que ça se produise, le sortir de ta vie allait probablement être l’épreuve la plus difficile à réaliser au niveau sentimental de toute ta vie et pourtant… tu veux pas, mais tu sais que c’est la bonne chose à faire. Tu secoues la tête lentement pour lui répondre, tu fais pas confiance à ta voix en ce moment. Bien sûr que t’étais pas sérieux, mais tu peux pas t’empêcher d’hausser les épaules. Tu relèves les yeux vers lui lorsque tu l’entends te dire qu’il ignore s’il va être capable de le faire de son côté. Encore une fois, tu comprends rien. T’as le regard troublé, tu sais pas encore comment interpréter ce qu’il te dit en ce moment. « T’accrocher à quoi? » Tu sais plus quoi penser, ni comment voir ta vie en ce moment non plus. T’es à la croisée des chemins; tu le laisses tomber et tu passes à autre chose, ou bien tu t’accroches aussi, quitte à te faire du mal. « J’en sais rien, je… je veux pas. Je regrettes pas non plus, mais… T’as passé à autre chose, il faut que je le fasses aussi. »


AVENGEDINCHAINS

_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
598

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Sam 20 Oct - 21:52

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas Brodie-Sangster

T'as fini par le quitter des yeux, tu ne veux plus vraiment l'affronter. T'as peur de te reperdre dans tes pensées lorsque tu le regardes, lorsque tu penses à ce que vous aviez et ce que vous avez perdu. Vous n'aviez peut-être pas grand chose, c'est vrai, mais pour toi, c'était important. Tu comptais un peu sur ça pour te sortir la tête de l'eau, pour continuer d'avancer, et essayer de t'accepter. Mais avec Hoseok devant toi, c'était pas si simple. Dès que tu croisais son regard, tu baissais un peu les yeux, ne voulant pas lui montrer ta faiblesse. Mais au final, à baisser la tête ainsi, ne montres-tu pas le contraire ? Tu regrettes de ne pas t'avoir collé d'avantage à lui tout à l'heure, t'aurais du en profiter un peu. Le prendre dans tes bras à ton tour, lui dire que t'étais désolé et que t'avais changé. Et t'espérais que ce soit pour le mieux, ton changement. Mais avec tout ce qui venait d'arriver, ce que tu venais de lui dire et son agissement, est-ce que tout ceci en vaut réellement la peine ? T'en sais rien. T'aimerais pouvoir le lui demander, lui poser toutes les questions qui t'arrives une par une, ou par centaine en même temps, mais t'oses pas. C'est lui qui t'as dit qu'il serait préférable de tout arrêter après ce soir. Toi, t'as pas réellement donné ton accord et ce sera jamais le cas. T'as beau te dire que vous pouvez redevenir amis, oublier tout ce qui c'est passé entre vous deux, mais tu sais que c'est impossible, que ça servira à rien. Tu sais bien que t'arriveras jamais à mettre une fin sur votre histoire, même si lui, te le demanderais. C'est peut-être facile à demander et à dire, mais non à faire dans ton cas. Et t'as pas envie de le faire non plus.

Il reprend parole, te poses encore des questions. Tu finis par hausser les épaules et à nouveau, tu te lèves. T'es plus capable de rester en place, croiser les bras et attendre que tout s'arrange calmement. Au moins, il a changé de ton et toi aussi, ça te fais un bien fou. Tu finis par le regarder un peu, tu comprends à moitié ce qu'il avance. - C'est bien que tu ne regrettes pas. Je regrette pas non plus. - T'ignores si vous parlez de la même chose mais peu importe. Tu voulais qu'il puisse le savoir. C'est tout de même pas facile à dire, ça te prends beaucoup pour parler maintenant puisque tu as l'impression d'avoir tout dit tout à l'heure et en même temps, d'être au point de départ. Tu ne lui a pas dit ce que tu ressentais, t'as pas osé t'avancer à ce niveau. Et t'as pas l'intention de le faire. Pas maintenant. La fin de sa phrase te frappes pourtant, comme une sorte d'aveux. Ce n'est pas la première fois que tu l'entends prononcer quelque chose de semblable et ça te fais mal à l'intérieur. T'as peur qu'il finisse par t'oublier, qu'il finisse par rencontrer quelqu'un et que tu ne deviennes que le gars qu'il a rencontré, il y a longtemps. Celui qui avait fait de sa vie un problème, pendant un certain temps. D'avoir été une sorte de jeu pour lui, ne plus jamais recevoir de nouvelles de sa part, par la suite.

Dès qu'il termine son dernier mot, t'as fini par réduire la distance qui était encore bien présente entre vous deux et c'est à ton tour de le prendre dans tes bras et de le serrer contre toi. C'est pas aussi fort que lui tout à l'heure, mais t'espères qu'il finira par accepter ce que tu fais, même si t'as refusé de le faire toi-même, il y a peu. Tu regrettes de l'avoir repoussé tout à l'heure, t'en as assez de jouer avec tes sentiments et les siens, si ceux-ci existent. T'es rendu à un point de ta vie que tu sais plus très bien ce que tu veux. C'est pas contre lui ou contre toi, mais tes sentiments ont fini par prendre le dessus sur ta raison. Et tu veux bien t'accrocher à ceux-ci encore pour un moment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
304

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Dim 21 Oct - 2:06


no such thing as beautiful goodbyes




Tu poses encore des questions auxquelles t’as pas nécessairement les réponses. T’as l’impression de tourner en rond et pourtant, vous venez de vous crier ce qui vous fait mal depuis tellement de semaines. Tu ne t’attendais surtout pas à le revoir de cette manière, dans une chambre d’hôtel, en plein milieu d’une ville que tu connais à peine, alors que t’es en plein dans le coeur de ta tournée mondiale avec ton groupe. Tu pensais le retrouver après peut-être, si c’était toujours dans tes plans de retourner à Los Angeles lorsque tu aurais enfin assez de temps pour pouvoir prendre du temps pour toi. T’ignorais encore si c’était une bonne idée, mais il y avait quand même ce côté de toi qui avait sacrément besoin du support de tes amis, et pas seulement ceux qui composaient ton groupe. Tu les adorais, c’était un peu comme tes frères, mais tu ne pouvais pas te permettre qu’ils s’inquiètent pour toi. Tu t’étais toujours vu comme le support, l’ancre qui garde tout le monde en place, t’es prêt à être le dernier à tomber si ça veut dire que tu es capable de tous les garder en sécurité et surtout, sans aucun soucis. Tu n’es pas du tout habitué à ce qu’ils te voient dans un état de faiblesse, même si ça t’arrive régulièrement de toi-même les voir à leur plus bas. D’un autre côté, tu étais pas trop contre le fait de passer un peu de temps avec ta famille dans ton petit village reculé de la ville. Tu savais que tu voyais ta soeur dans quelques semaines à peine, c’était déjà prévu qu’elle vienne te rejoindre à Londre pendant votre tournée, histoire que vous passez un peu de temps ensemble. Ta soeur, c’était toute ta vie, tu remercie vraiment le ciel d’avoir quelqu’un dans ta famille sur qui pouvoir compter à ce point. Elle découvrirait probablement ce qui tourne pas rond avec toi-même, mais tu n’avais pas envie qu’elle s’en fasse pour toi également alors que tu étais aussi loin de la maison. Dans un sens, tu te sentais un peu pris dans tous les aspects de ta vie et tu savais que rien n’allait se replacer du moment que tout ce qui se produisait avec Thomas ne trouvait pas une façon de se régler.

Tu sais pas comment lui dire que t’aurais aimé que tout soit différent. Tu es bien heureux d’entendre qu’il est d’accord avec toi, qu’il ne regrette rien et pourtant, c’est bien lui qui est en couple maintenant et qui essaie de trouver la paix avec ce qui s’est passé entre vous deux un peu plus tôt dans votre été. Tu soupires fortement, t’as la nette impression d’être revenu au point de départ. Tu ne sais pas si vous allez réussir à trouver une solution qui vous arrangera tous les deux. Tout ce que tu sais, c’est que t’en a marre de lui faire du mal, t’en a marre de te faire du mal à toi aussi. C’est bien le seul regret que tu as en ce moment, d’avoir tout gâché entre vous. Tu restes incroyablement surpris lorsque tu finis par être sorti de tes propres pensées lorsque tu sens les bras de Thomas te prendre contre lui. Toi qui pensais que t’avais merdé tout à l’heure en essayant de te rapprocher de lui, c’est à son tour de s’avancer vers toi. Tu sais pas quoi faire, tu sais pas comment réagir non plus. Ton corps au complet te crie de le prendre à ton tour, de le garder près de toi et de ne pas le laisser partir jusqu’à ce que tu sois capable de mettre de l’ordre dans ta tête. Tu sais que du moment que tu lui rend son étreinte, ce sera cent fois plus difficile de le laisser partir. Et pourtant, ça te prends pas plus que quelques secondes avant de faire partir ta surprise pour doucement passer tes bras autour de lui et le rapprocher de toi un peu plus, le serrant dans tes bras à nouveau. « Je suis tellement désolé. J’aurais dû t’écrire avant, j’aurais dû essayer de te parler… j’aurais jamais dû partir. » T’es en retard, et à cause de ça, t’as manqué ta chance. Tu sais très bien que tes excuses ne valent plus rien maintenant, mais tu peux pas t’empêcher de te répéter. T’as encore aucune idée de ce que tu vas faire une fois que tu le lâcheras, c’est peut-être pour ça que t’oses pas défaire ton étreinte tout de suite. Peu importe la décision que tu prends, t’as déjà le coeur en miettes de toute façon.


AVENGEDINCHAINS

_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   

Revenir en haut Aller en bas
 
— no such thing as beautiful goodbyes | thomas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tim Thomas
» Derrière le masque... (Thomas et Victoire of Norfolk)
» Your guardian angel {pv Thomas of Norfolk}
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Tim Thomas sur le marché des transaction !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IDOL ★ :: The rest of the world :: Once upon a time :: Flashback-
Sauter vers: