AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 — no such thing as beautiful goodbyes | thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
405

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Mar 20 Nov - 1:21


no such thing as beautiful goodbyes




Y’a que le silence qui prends place entre vous deux maintenant. T’as essayé de lui parler, t’as essayer de t’expliquer, et maintenant, il n’y a plus de place pour aucun mots entre vous deux. T’es satisfait avec ce que tu as en ce moment, tu veux juste être certain de ne pas te tromper. T’as pas envie de te retrouver encore prit dans une situation compliquée avec lui, du moins, certainement pas aujourd’hui. T’as très certainement eu ta dose et t’as pas envie de recommencer. Peut-être que c’est mieux pour l’instant de prétendre que ce qui se passe dans cette chambre d’hôtel ce soir n’aura aucun incident sur votre futur, comme si vous étiez destinés à vous appartenir et rien d’autre. Tu sais très bien que ce n’est pas le cas, ca le sera pas du tout non plus demain, la semaine prochaine, le mois prochain même. T’as aucune idée de ce qui se passera pendant que tu termines la tournée, aucune idée de ce qui arrivera lorsque tu reviendras aussi. Il peut se passer tellement de choses en si peu de temps, tu te surprends à revenir jusqu’au début de l’été et à constater tout le chemin que vous avez fait tous les deux pour vous rendre jusqu’à maintenant. T’as passé des centaines d’heures à réfléchir à ce que ce garçon signifiait pour toi et même si ce fut probablement les heures les plus longues passées à essayer de comprendre ta tête, maintenant que tu l’as sur toi, ses lèvres collées sur les tiennes, tu te dis que ça en valait bien la peine, que tout ce qui a bien pu se passer depuis le début vous a mené jusque là et que même si tu regrettes certains gestes que tu as bien pu poser envers lui, tu regrettes pas d’être là, maintenant, de penser à lui comme t’as pensé à personne d’autre avant, à réaliser que t’avais pas envie de t’arracher le coeur à te demander ce qu’il signifiait pour toi, mais plutôt à essayer de t’imaginer ce qui pourrait être si vous étiez capable de régler vos problèmes ensemble, de mettre vos craintes de côté et essayer d’avancer ensemble, plutôt que d’essayer de vous freiner avec tout ce qui vous fait peur.

Tu te retrouves soudainement le dos contre la tête de lit, Thomas en position assise par-dessus toi. Ses lèvres ont lâchées les tiennes, tu sens un vide que tu ne pensais pas possible. Tu veux toute son attention sur toi, que toi et absolument rien d’autre. T’as plus envie qu’il te lâches maintenant, tu te surprends même à te trouver bien stupide d’avoir osé te détacher de lui un peu plus tôt, pour essayer de placer des mots que t’as à peine été capable de prononcer. Tu te sens un peu stupide, mais d’un autre côté, ça te permet d’avoir la conscience tranquille pour l’instant. Tu sais que ce que vous êtes en train de faire n’est pas tout à fait mal, tu peux pas croire que tu te sens aussi bien dans ses bras et que ça n’a aucune raison d’être. Juste à y penser, t’as envie de le reprendre le plus près possible de toi, mais tu réalises très bien que ce n’est pas nécessaire, t’as pas besoin de rien dire encore une fois. Tes mains s’accrochent à lui, tellement fort, t’as aucunement l’intention qu’il se détache de toi et t’es bien heureux de sentir qu’il n’a pas l’air d’en avoir l’intention non plus. Tu sais très bien que t’as pas une grande marge de manoeuvre dans la façon dont il t’as placé maintenant, mais t’es très bien comme ça, t’es probablement le dernier à vouloir demander de tout arrêter maintenant. T’ignores comment se passeront les choses après, mais en ce moment, t’as la certitude que tous vos gestes ont une raison d’être, qu’ils existent que pour vous deux et qu’ils valent beaucoup plus que tous les mots que vous avez bien pu vous échanger depuis le début. Ses lèvres finissent par rejoindre ta peau à nouveau, cette fois-ci dans ton cou, et tu ne peux pas t’empêcher de frissonner. Tu soupires fortement, tu perds le contrôle de ta respiration pour une toute petite seconde. Une de tes mains remontent jusqu’à sa nuque, pour aller se perdre dans ses cheveux, le retenant contre toi, juste pour profiter encore un peu plus longtemps de sa présence, tandis que ton autre main s’aventure beaucoup plus bas, s'immisçant doucement sous la bande de ses sous-vêtements. Tu caresses lentement tout ce que tu as maintenant à ta portée, jusqu’à faire le tour de ses hanches pour te concentrer sur une partie un peu plus sensible. T’as l’impression de le redécouvrir pour la première fois à nouveau et t’as bien l’intention de profiter de chaque moment que tu peux bien avoir avec lui, même si ces derniers doivent être vécus dans le plus grand des secrets. Tu sais que tu devras des explications à quelques personnes en rentrant, et pourtant, tu te dis que tu dois rien à personne. Du moins, c’est ce que tu penses à ce moment, tes pensées étant bien loin d’être dirigées sur quelqu’un d’autre que sur Thomas.



_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
701

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Mer 21 Nov - 23:17

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas Brodie-Sangster

Encore ce silence autour de vous deux, le même qui finira par manquer dans quelques minutes. Tu sais très bien ce que tu es entrain de faire. T’es entrain de créer la même erreur que tu as commise en début d’été, soit de ne pas t’expliquer avant de te coller. T’aurais tellement de choses à lui dire, tant de choses à lui expliquer aussi. T’aurais tellement de choses à ne pas répéter, d’erreurs à ne pas recommettre. T’ignores seulement comment commencer. T’aimerais pouvoir lui expliquer pour Lucy, pour tout ce mensonge qui ne finit plus. Il est rendu tellement gros que toi même, t’arrives plus à t’en sortir avec ça. À la base, ce n’était que pour quelques jours, histoire de faire taire les rumeurs. Maintenant, ça dure depuis des semaines, t’as l’impression que bientôt, tu vas devoir lui demander d’emmener avec toi et d’essayer de faire ta vie avec elle. Sans amour, sans rien autour. T’as jamais voulu ça et pourtant, tu sais plus trop comment t’en sortir avec tout ça. T’aimerais aussi lui expliquer que lorsque tu portes ton attention sur lui, ton coeur bat la chamade, tu as de difficulté à trouver ton souffle. Et c’est encore bien pire lorsque tu poses tes lèvres sur les siennes. T’as l’impression que ce dernier finira par sortir et changer de continent. T’arrives juste pas à comprendre pourquoi ça t’arrives, pourquoi toi, pourquoi lui. Pourquoi en vouloir toujours plus, lorsque la logique serait d’en vouloir moins ? Tu sais juste une chose, c’est que lorsque tu lâches ses lèvres pour déposer ces dernières dans son cou, t’as l’impression de voler. T’as plus aucun contact avec la réalité lorsque tu sens la main de ton ami sur ta nuque, dans tes cheveux. Ça te donnes simplement le tempo, t’arrives plus à voir complètement clair depuis que tu as commencé. Le son de sa voix t’aides grandement à comprendre que tu ne fais pas tout ça pour rien et dès qu’il décide de poser ses doigts sur toi, directement sur ta peau, c’est plus uniquement des baisers qui sort de tes lèvres, mais bien le son de ta voix qui finit par se perdre dans la pièce, tout près de l’oreille de ton partenaire. T’as aucune idée de comment tout ça va finir, si tu vas devoir t’expliquer à nouveau avec lui. Tu ne sais pas trop si c’est lui, cette fois-ci, qui se dépêchera à partir et ce, peut-être uniquement dans le but de ne plus vouloir te voir. Tu sais simplement que t’as bien envie d’en apprendre d’avantage sur sa personne. Ce qu’il aime, ce qu’il déteste. Apprendre à le connaître aussi, autrement que par internet ou par ce que tu as cru comprendre de ses amis. T’as envie de prendre une après-midi complète à l’entendre parler, à l’entendre t’expliquer sa vie, la raison qui l’a poussé à faire son métier. T’as réellement envie de tenter quelque chose avec lui, mais il y a tellement de choses qui te bloques, tellement de choses qui fait que tu ne sais pas sur quel pied danser. T’ignores un peu comme te débarrasser de cette peur qui commence à grimper en toi, tu ignores complètement comment te comporter pour que ta respiration puisse revenir lente et tranquille.

Tu finis par te détacher de Hoseok, tu t’éloignes quelques secondes, obligeant ce dernier à te lâcher par la même occasion. Tu sais bien que c’est l’une des dernières choses que tu veux et probablement la dernière que ton ami désire aussi, mais tu aimerais tellement pouvoir lui faire comprendre que tu es rendu à un autre nouveau, que tu as vraiment envie de plus en ce moment. Tranquillement, tu recommences à l’embrasser, tu es parti de son oreille et tu descends de plus en plus bas, tout en étant attentif à tout ce qui se passe autour. T’as pas envie de manquer un son ou un geste de la part de ton ami, jamais. Tu mentirais si tu disais que t’avais pas eu ce genre de pensées lorsques tu avais traversé les États-Unis pour aller le rejoindre, tu mentirais aussi si tu dirais que tu es entrain de regretter. C’est pas le cas, loin de là. Et tandis que tu continues de descendre tes lèvres sur son corps, tu arrives à un obstacle, que tu finis tout bonnement par le lui enlever. Tu t’arranges pour faire ça lentement, pour retirer ce qui lui restait sur le corps le plus tranquillement possible, probablement pour lui faire perdre la carte complètement, tu en sais trop rien. Tu trouves uniquement le courage pour le regarder dans les yeux tandis que tu décides de reprendre tes baisers de plus belle, ne sachant pas trop s’il te laissera agir de la sorte avec lui. T’espères également ne pas aller trop vite, t’ignores si tu t’y prends bien également. Tu veux pas lui faire mal, mais encore moins lui faire peur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
405

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Ven 23 Nov - 1:16


no such thing as beautiful goodbyes




T’avais jamais pensé que tu pourrais te retrouver à nouveau dans les bras à Thomas, du moins, pas comme ça, pas comme maintenant. Tu t’étais fait à l’idée que vous aviez tout gâché lorsque t’avais décidé de partir, lorsqu’il avait décidé de te jeter dehors aussi. Tout espoir de recoller les morceaux de votre amitié s’étaient envolés à la seconde où t’avais passé le pas de la porte, alors tu n’avais même pas osé imaginer ce qui aurait pu se passer entre vous deux si tu avais été capable de lui avouer tout ce que tu avais réussi à comprendre en l’espace de quelques semaines à peine. Comment tu t’étais attaché à lui, comment tu pensais à ce que tu aurais pu faire de différent pour que ça se termine autrement, tout ce que t’aurais aimé pouvoir lui dire s’il avait pu te laisser une chance de t’expliquer. Tu comprends maintenant que c’est aujourd’hui que tu l’as eu cette chance, t’as pu lui parler en face, jamais t’aurais pensé qu’il aurait traversé le continent au complet, ne serait-ce que pour avoir une soirée pour te parler, alors que t’étais en plein milieu de ta tournée. Tu sais pas à quel point t’avais réussi à t’expliquer, à dire comment tu te sentais par rapport à votre relation, comment tu aurais aimé que les choses soient aussi. T’aurais voulu que tout soit différent, que vous n’ayez pas à vous faire mal pour être capable de vous avouer vos sentiments. C’était quand même un exploit que t’ait été capable de lui faire comprendre ce qu’il voulait dire pour toi, la place qu’il prenait dans tes pensées depuis des semaines, mais tu étais encore plus surpris de savoir que c’était réciproque, qu’il était ici pour toi, rien que pour te voir, et que tout ce qui s’était passé entre vous signifiait beaucoup plus que tu n’aurais jamais pu espérer. Et t’étais bien heureux que vous soyez sur la même longueur d’ondes à ce sujet. Il y avait beaucoup de travail à faire encore, énormément même. Encore aujourd’hui alors que t’as Thomas que pour toi, tu sais pas encore ce qu’il représente exactement pour toi. Tu sais très bien que t’as des sentiments pour lui, très forts même, le genre de sentiments qui te font perdre la raison lorsqu’il se retrouve près de toi, le genre de sentiments qui t’empêchent de dormir parce que tu te demande s’ils sont réciproques. Mais en ce moment, t’as plus de doutes. Tu sais que ce sera pas facile après, et t’as pas l’intention de commettre la même erreur que l’autre fois. Tu sais que ce qui se passe maintenant, ça veut tout dire pour toi, ça veut tout dire pour lui, alors que t’entends le son de ta voix qui résonne tout près de ton oreille. Tu peux pas t’empêcher de pencher ta tête vers lui, ne serait-ce que pour rester collé un tout petit peu plus près, comme si le fait d’approcher ton oreille de ses lèvres te permettrait d’entendre encore mieux les sons qui en sortent. T’as bien l’intention de tout enregistrer bien clairement dans le fond de ton cerveau, comment il réagit lorsque ta prise sur lui se fait un peu plus urgentes. T’as espéré pouvoir te retrouver à nouveau comme ça avec lui depuis tellement longtemps, il faut que tu travailles très fort ta patience pour ne pas perdre la carte immédiatement.

Et c’est ta patience qu’il travaille lorsque, doucement mais sûrement, ses lèvres quittent le creu de ton cou pour descendre le long de ton torse, jusqu’à arriver beaucoup plus bas. Tu peux absolument rien faire, assis le dos contre la tête de lit, à part le regarder, tes mains ne pouvant s’empêcher de s’accrocher à lui, de caresser son dos, comme si ça te donnait un point d'ancrage avec la réalité. Si tu avais réussi à reprendre le contrôle sur ta respiration quelques secondes plus tôt, c’est vraiment plus le cas maintenant, encore moins lorsqu’il décide de retirer tes sous-vêtements dans une lenteur qui te rend presque fou. Tes mains se dirigent presque instinctivement vers la bande de ton vêtement, t’as envie de le retirer d’un coup pour en finir avec ta torture, mais tu te retiens tu agrippes les couvertures à la place pour t’empêcher de l’arrêter. T’es complètement hypnotisé par tous les gestes qu’il pose envers toi, t’es absorbé par la confiance qu’il essaie de te montrer. C’était bien loin d’être comme la dernière fois, à demander la permission pour chaque geste posé envers l’autre, et c’est pas une mauvaise chose non plus. Encore moins lorsqu’il reprend ses baisers à nouveau, une fois son petit manège avec tes sous-vêtement terminés. Tu peux pas retenir ta voix, elle résonne dans la pièce et tu sais très bien que ce sera pas la dernière fois non plus. Tu peux pas lui demander d’arrêter, au contraire, c’est la dernière chose dont t’as envie. T’as pas de mots pour lui dire que tout est beau, que y’a que lui avec qui t’as envie d’aller aussi loin. Tes mains se ramènent vers lui, tu caresses tout ce qu’il y a à ta portée, tu veux qu’il comprenne que tout est parfait, tu te fais un peu plus pressant dans tes gestes aussi. S’il continue au rythme avec lequel il a commencé, t’es certain de devenir complètement fou dans les prochaines minutes.


_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
701

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Ven 23 Nov - 13:49

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas Brodie-Sangster

Peu importe ce qui arrivera ensuite. Peu importe s’il préfère te laisser en plan ou continuer de te parler ensuite. T’as pas envie de le laisser partir, t’as pas envie qu’il te dise d’arrêter non plus. T’as qu’un seul besoin urgent, soit de le sentir tout près de toi, toujours plus près. T’as pas envie de lui dire adieu après tout ce que tu as compris en si peu de temps. C’est peut-être pas tout à fait clair dans ta tête, mais t’as compris certaines choses lorsqu’il a élevé la voix tout à l’heure, tout en essayant de te faire comprendre ce qu’il aurait dû te dire bien avant. T’avais certainement besoin d’être rassuré sur ce qu’il ressent car pour toi, c’est complètement l’inconnu qui t’attends de l’autre côté. T’as déjà été amoureux ou du moins, c’est ce que tu croyais. T’es plus certain de rien car tout ce qui se passe entre vous deux, depuis le commencement, depuis le début de l’été, t’as jamais vécu ce genre de truc. T’as toujours préféré mettre un arrêt sur beaucoup de choses et tu comprends désormais que ce n’était pas pour rien. T’as été dans ce genre de position une seule fois et c’est exactement avec la même personne. Peut-être que c’est pour un bien, peut-être que c’est pour un mal, t’en sais rien. Tu veux juste te mettre en tête que c’est pas pour rien. T’as pas envie de devoir tout mettre de côté, de devoir encore te poser les mêmes questions stupides pendant des jours et pourtant, tu sais bien que ce sera le cas. Tu peux juste pas tout mettre de côté et essayer de penser à autre chose. T’as toujours cru quelque chose sur ton cas, sur ta personne. Et en si peu de temps, ton ami t’as fait comprendre quelque chose d’autre, quelque chose que tu n’étais certainement pas prêt à saisir en début d’été. T’as vieillis, ta mentalité à changer et surtout, t’as su mettre des pensées du même côté que ton coeur. Ça n’a pas été facile, tu te demandes encore si tu fais le bon mouvement envers lui car encore, tu sais bien qu’il y a certaines choses qui vont changer avec le temps pour toi. Pour ton entourage aussi. T’es peut-être pas prêt à tout mettre de l’avant. Pour l’instant, dans tous les cas.

Tes baisers se font beaucoup plus intense, t’as même fini par changer certains de tes mouvements, surtout lorsque tu as compris que Hoseok n’avait pas l’intention de t’arrêter. Tu ignores même si tu aurais le courage de le faire. Lorsque tu sens ses mains sur ta nuque, dans tes cheveux, peu importe, ça te fais sourire, ça te fais plaisir. T’aurais jamais pensé avoir ce genre de comportement envers un ami, surtout pas envers lui lorsque tu l’as croisé pour la première fois, lorsque vous vous êtes échangés vos téléphones, dans l’espoir d’aller prendre un café tous les deux, d’aller parler musique et surtout, que tu puisses l’aider avec son anglais. T’as bien compris, avec le temps, qu’il s’était amélioré, qu’il avait même beaucoup progressé. T’ignores seulement s’il a rencontré quelqu’un d’autre pour lui apprendre les bases et si c’est le cas, comment la journée a bien pu finir. Tu crèves d’envie de lui demander s’il a pu rencontrer quelqu’un, pendant vos absences de paroles cet été et pourtant, t’aimerais pas vraiment savoir la réponse. T’as peur que cette dernière puisse être positive, un peu comme la tienne. Car c’est un peu le cas, t’as toujours Lucy dans ta vie, même si ce n’est pas entièrement le cas, entièrement comme bien des gens le voudrait.

Le son de sa voix finit par remplir la chambre au complet, tu finis par le lâcher, t’approcher de lui, pour reprendre possession de ses lèvres. T’as pas l’intention de le laisser filer, t’as pas non plus l’intention de te défiler. T’as pas envie de revivre ce qui c’est passé cet été, t’as pas envie de regretter quelque chose. Et t’as pas plus envie qu’il disparaisse ensuite. Tu te colles à lui, Ta main n’a jamais arrêté ses caresses et ce, uniquement dans le but de lui faire comprendre que c’est bien réel, que t’es bien à ses côtés. Et aussi pour te faire comprendre qu’il est toujours là, lui aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
405

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Lun 26 Nov - 2:43


no such thing as beautiful goodbyes




Peu importe comment t’as essayé de te le sortir de la tête depuis les dernières semaines, depuis des mois même, t’as jamais été capable. T’as essayé de te trouver des raisons de le faire, t’as essayé de te dire aussi que ça ne voulait rien dire. Combien de fois tu t’es rappelé que tu ne t’étais jamais attaché à qui que ce soit, que t’avais jamais vraiment voulu tomber amoureux de toute façon. C’était hors de question, c’était pas dans tes priorités du tout, c’était jamais comment t’avais imaginé ta vie pour les prochaines années de toute façon, à essayer de faire de la place à quelqu’un, et pourtant, combien de fois tu t’étais fais des tonnes de scénarios, à te demander ça serait comment si tu décidais d’ouvrir un peu ton monde à quelqu’un d’autre, de laisser entrer Thomas et espérer qu’il veuille bien garder une place à tes côtés. Dire qu’au départ, tu t’étais assuré que c’était une histoire qui ne voulait rien dire, t’en avais même parlé avec ton maknae, tu lui avais assuré que tu t’étais peut-être attaché pour rien, que ça ne changerait rien que tu restes accroché et pourtant, t’étais là, aujourd’hui, à l’avoir contre toi, à continuellement en demander plus comme si c’était la seule chose qui pouvait régler tous vos problèmes. Tu savais très bien que c’était pas du tout le cas, que vous étiez probablement encore en train de créer une erreur monumentale, que vous ne faisiez que compliquer encore votre relation, comme si ce n’était pas déjà assez difficile de lui faire face. Sauf que cette fois-ci, t’as pas envie que ça se termine en malaise, t’as surtout pas envie de devoir lui dire aurevoir encore une fois, et certainement pas de la même façon que tu l’as fait la dernière fois. T’as encore aucune idée de comment votre soirée va se terminer, mais si ce n’était que de toi, tu prendrais tout le temps qu’il faut avec lui pour t’assurer que tout va bien se passer maintenant, que vous avez une possibilité devant vous, et pas seulement une tonne de problèmes que vous avez créé ensemble. T’es prêt à prendre la nuit s’il le faut, à rester réveillé même si ton corps te supplie de prendre le peu de sommeil que tu peux bien avoir après autant de journées à voyager en tournée, après autant d’énergie dépensée sur la scène. T’aurais aimé avoir le temps cette fois-ci. C’était tout à fait le contraire de la dernière fois. Tu voulais prendre le temps, mais tu ne l’avais pas, alors que cet été, vous aviez tout le temps du monde pour vous expliquer, mais t’as préféré fuir comme un lâche.

Néanmoins, en ce moment, tu penses bien à tout sauf à sortir de cette pièce. T’es bien content que vous soyez à un autre hôtel que le tiens, parce que t’es carrément en train de perdre le contrôle face à Thomas. C’est bien loin de te déplaire, au contraire même. Sauf que t’es certain qu’avec ta voix qui commence à se faire entendre de plus en plus, que t’aurais eu quelques fouines dans le temps de le dire si jamais c’était Thomas qui serait venu te rendre visite. T’oses même pas imaginer le chaos que ça aurait pu créer, t’oses même pas en parler au reste de tes bandmates et pourtant, tu devrais. T’oses pas, pas tant que vous êtes pas certain du chemin que vous allez prendre ensemble, tu veux pas t’avancer sur quelque chose de si incertain. La seule certitude que tu as, c’est que t’as envie de tenter quelque chose avec lui, mais t’as aucune idée comment t’y prendre et t’as surtout aucun droit d’essayer d’y penser tant qu’il est en couple. T’es déjà dans une sale position maintenant, tu sais même pas comment tu vas faire pour regarder Lucy dans les yeux si jamais tu la croise un jour. T’espères que ça n’arrivera pas, mais le monde est si petit. Heureusement, c’est bien le dernier de tes soucis en ce moment. Tu perds totalement le fil lorsque Thomas reviens vers toi, prenant possession de tes lèvres avec les siennes. Tu te fais pas prier pour le prendre complètement contre toi, répondant à son baiser avec intensité. Tes mains se jettent immédiatement sur ses sous-vêtements, que tu t’empresses de lui retirer, non pas sans mal, tellement ta concentration est bien loin d’être optimale. T’as seulement conscience de ce qui se passe autour de vous deux, dans cet espace qui vous appartient seulement qu’à vous, comme si tout le reste n’avait pas d’importance. Et c’est peut-être bien le cas, alors que tes mains le serrent encore plus contre toi, forçant son corps à se fondre complètement sur le tien. Il en manque si peu pour que tu sois le plus près possible de lui et tu sens cette nervosité qui reviens te chercher, un peu comme la dernière fois. Tu veux rien gâcher, tu veux que ce moment compte encore plus que cet été, parce qu’au fond de toi, tu sais très bien que c’est complètement différent cette fois. Y’a que lui, il n’y a que lui du moment où t’as passé le pas de sa porte et t’as très certainement l’intention qu’il n’y ait que lui dans le futur aussi.



_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
701

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Mar 27 Nov - 0:31

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas Brodie-Sangster

Tu ne te rappelles pas la dernière fois où tu t’es senti aussi bien. Faux. Tu t’en souviens très bien, mais c’était dans un tout autre contexte. T’étais avec lui, dans l’appartement que t’avais loué avec des amis. C’était environ le même contexte, dans le même genre d’arrangement et pourtant, c’est complètement différent en même temps. Tu sens son souffle contre ta peau, tu ne crois pas être dans la capacité de pouvoir te coller d’avantage à lui que maintenant. Pourtant, t’aimerais tellement être capable de plus. T’aimerais pouvoir lui dire ce que tu ressens. Lui faire comprendre que tout ça, ça a de l’importance pour toi. Que tu ne fais pas ce genre de choses avec n’importe qui ou pour n’importe quoi. T’avais même fini par lui révéler quelque chose d’extrêmement intime, quelque chose que t’avais jamais cru être capable de mentionner à quelqu’un. Peut-être que tu voulais qu’il puisse comprendre que tu tenais à lui, que t’étais pas le genre de garçon à vouloir s’amuser, à chercher qu’une aventure de temps en temps, ne voulant pas prendre de nouvelles par la suite. T’avais bien imaginé différents scénarios, différentes scènes qui auraient pu être bien mieux accordé. T’avais juste espéré, pendant un tout petit instant, que tout ça puisse être différent pour vous deux. Oubliez vos problèmes, Regardez uniquement vers l’avant et prendre le temps de tout analyser, une chose à la fois, Tu veux pas paraitre pour un garçon en manque de sa présence, mais c’est exactement ça. T’arrives juste pas à croire comment tu es arrivé jusque là, sans pouvoir poser tes yeux sur lui. T’as l’impression d’avoir mis des mois de côté, des mois à te demander la suite des évènements et pourtant, tandis que tu l’embrasses, tandis qu’il finit par t’enlever le seul morceau de vêtements qui te restes sur le corps, tu comprends que ta place est ici pour cette nuit. Il n’y a rien de facile et encore moins depuis qu’il a décidé de te serrer contre lui.

T’as fini par arrêter de l’embrasser sur les lèvres, pour reprendre possession de son cou, te voulant beaucoup plus pressant, resserrant sans arrêt ton étreinte. Tu ne veux plus faire qu’un avec lui, t’as réellement envie de plus ce soir et pourtant, tu hésites. Tu hésites à lui parler aussi, à lui expliquer quelque chose. Tu ignores pourquoi ta voix refuse de sortir convenablement, ne laissant échapper que de simples soupires et ce, à chaque fois que tu comprends que tu ne pourras t’échapper. T’as pas envie de le laisser partir, qu’il puisse rejoindre son hôtel et qu’ensuite, tu te maudisses pour quelque chose que tu as fait, quelque chose que tu regrettes pleinement, T’as envie de le sentir près de toi, toujours plus près, de comprendre qu’il est bien et que tout est parfait entre vous deux. Tu as fini par t’approcher de son oreille et, dans un simple murmure, tu préfères lui mentionner quelques mots. Tu ne sais pas trop si c’est pour le rassurer, te rassurer toi-même ou pour enlever toutes formes de gênes qui a bien pu s'immiscer entre vous deux depuis la dernière fois où tu t’es retrouvé sensiblement dans le même genre de position avec lui. - Au diable le mot doucement. - T’as parlé lentement pour qu’il puisse te comprendre, t’as fait bien attention à chaque syllabe avant de reprendre possession de ses lèvres, commençant à te faire plus pressant également dans tes baisers.. Non t’aurais jamais dû le laisser partir cet été. T’aurais dû le garder près de toi et tout lui expliquer. Vous n’en seriez pas là, à vous demandez comment les choses vont finir. Tu n’aurais pas quelqu’un qui fait semblant de t’attendre à la maison, il n’aurait pas besoin de penser toutes ces choses sur ta personne. Il n’y aurait que lui, que toi, que cette proximité que tu as attendu depuis des semaines. De trop longues semaines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
405

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Jeu 29 Nov - 16:08


no such thing as beautiful goodbyes




Doucement, tu sens que tu commences à perdre la raison. Tu commences à ne plus voir clair, autant dans ce qui se passe autour de toi que dans ta tête. Pourtant, tu avais réussi à mettre tellement d’ordre dans le chaos de tes pensées depuis que tu étais parti de chez lui, maintenant, ça recommençait à se battre, comme si tout le travail que tu avais fait dans les dernières semaines n’avait donné absolument rien. Tu t’étais fait une raison, tu étais tombé amoureux de lui, sans jamais le réaliser. Tu t’étais attaché, sans même que ce soit exactement ce que tu aurais voulu qui arrive. T’avais jamais eu l’intention de lui faire du mal, t’avais jamais eu l’intention de t’embarquer dans quoique ce soit non plus. Pourtant, depuis que t’avais posé tes yeux sur lui cette fameuse soirée où vous vous étiez rencontrés, tu n’avais pas pu t’empêcher de penser qu’il te plaisait bien, que vous aviez plein d’intérêts communs qui pouvaient très bien être le début d’une belle amitié. Certes, niveau personnalité, vous étiez probablement aux opposés, mais il y avait ce côté chez Thomas qui te gardait les deux pieds sur terre, peu importe ce que tu voulais bien essayer de faire comme conneries. C’était peut-être ce qui était venu te chercher, ce qui avait réussi à te hanter aussi après autant d’heures à te demander pourquoi t’étais aussi affecté par le fait qu’il ait décidé de te jeter à la porte. Tu avais compris que tu avais fait quelque chose de mal, tu n’avais pas réalisé l’importance de la place que tu venais de prendre dans sa vie jusqu’à aujourd’hui. Tu aurais aimé pouvoir lui en dire plus, pouvoir lui dire que t’étais terrifié, que t’avais envie de l’avoir près de toi pour beaucoup plus qu’une nuit, mais t’as plus envie de parler maintenant, pas alors que ses lèvres quittent les tiennes pour aller retrouver leur place dans ton cou. C’est pas des paroles qui sortent de ta bouche, mais bien plusieurs soupirs entrecoupés du son de ta voix. À quoi bon essayer de lui dire de toute façon, vous êtes loin de parler d’amour en ce moment, tu ne peux pas t’amouracher de lui alors qu’il a encore une copine.

Pourtant, t’es prêt à mettre tout ça de côté encore une fois ce soir. Tu sais que c’est différent cette fois, tu sais que tu ne commettrais pas la même erreur deux fois. T’oses espérer que Thomas comprends que si t’es là maintenant, c’est parce que tu tiens à lui, parce que t’aimerais que vous puissiez être encore plus près que vous ne l’êtes maintenant. T’as pas envie de partir d’ici en te disant que c’était peut-être la dernière chance que tu avais eu de l’avoir que pour toi. Tu préfères partir en pensant que c’était le début de quelque chose d’autre, un nouveau chemin que vous allez pouvoir explorer ensemble. C’est terriblement égoïste de penser ainsi, mais t’oses espérer que cette fois-ci, tu réussiras à le convaincre que sa place, elle est à tes côtés, et non pas avec cette actrice qu’il affectionne. « Au diable le mot doucement. » Tu sens son souffle sur ta peau, ça te fait frissonner. Tu comprends chacun de ses mots tellement il les prononce tranquillement. T’as aucunement le temps de répondre qu’il revient immédiatement vers toi pour t’embrasser et tu profites du rapprochement pour le caler complètement contre toi, le serrant fort contre ton corps pour finalement faire balancer votre poids de manière à te retrouver complètement par-dessus lui. Au diable le mot doucement. Tu te souviens très bien de la signification de ces mots entre vous deux, ça te ramène à votre toute première fois, sur le canapé de ses colocataires, cette fois où tu avais pris tout ton temps, par nervosité peut-être, parce que tu le respectais trop aussi pour faire quoique ce soit contre sa volonté. Si t’avais longtemps pensé que la dernière fois, il s’agissait d’une histoire de désir entre vous deux, tu comprends que maintenant que ce n’est pas du tout le cas. C’est beaucoup plus. Tes lèvres quittent les siennes, tu te sépares de lui pour aller te concentrer beaucoup plus bas. T’as l’impression d’avoir été en sevrage pendant tout ce temps où t’as été loin de lui, maintenant qu’il est enfin près de toi, tu veux juste l’avoir que pour toi, le plus près possible. Tu veux que tout soit parfait et t’es décidé à prendre toutes les mesures nécessaires afin que ce soit le cas. Lorsque tu reviens finalement vers lui, tu reprends possession de ses lèvres, jusqu’à ce que finalement tu franchisses le pas, ne faisant plus qu’un avec lui. Toutes tes peurs te quittent en l’espace d’une seconde à peine, tu peux pas croire que vous n’êtes pas fait un pour l’autre, t’as l’impression que toute ta vie t’as manqué de lui, que c’est que maintenant que tu comprends tout la place qu’il a pris dans ta vie, que t’es en train de tomber complètement amoureux de lui et qu’il n’y a plus rien que tu peux faire pour changer quoique ce soit.



_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
701

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Sam 1 Déc - 9:22

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas Brodie-Sangster

Jamais tu n’aurais dû autant t’attacher à lui. C’est quelque chose que tu n’arrives pas encore à comprendre et c’est quelque chose que tu n’arriveras jamais à comprendre. T’as beau chercher tout ce que tu veux, tu ne comprends pas ce qui a pu se passer là-haut pour que tu puisses le vouloir près de toi. Il n’a rien dit d’extraordinaire. Il n’a rien fait d’unique. Il ne t’as jamais lancer de signal quelconque non plus. Il aurait pu être en couple depuis des années et cela, tu t’en étais fiché. Tu l’avais voulu que pour toi, en début d’été, et voilà où vous en êtes rendus, soit à vous faire du mal. Vous faire du mal car tu sais bien que ça ne servira à rien. Ce n’est pas de jolies paroles qui vous garderont ensemble. Tu es supposé avoir quelqu’un dans ta vie et lui, une brillante carrière qui lui interdit de te voir. Enfin, ce n’est pas sa carrière le problème à ce sujet, mais tout le reste. Et pour son métier, t’as pas envie d’être un obstacle pour lui. L’obliger à voyager, l’obliger à quitter sa famille au complet, son monde, ses amours. Tu t’attaches de plus en plus, et c’est loin d’être évident. T’as toujours pas compris ce qui c’est passé cette journée là, ce qui t’as fait comprendre qu’il était tout pour toi. Et c’est loin d’être à cause une discussion un peu bâclée que vous avez eux. Que quelques mots échangés et déjà, tu tombais pour lui. Le tout aurait été tellement plus simple s’il n’aurait pas eu de l’avancement, s’il ne t’aurais pas embrassé à son tour. Tu aurais pu mettre le tout de côté, te dire que ce n’était rien, qu’une question de désir d’un seul côté et passer à autre chose ensuite. Et pourtant, il t’avais montré de l’intérêt, tout comme cette nuit. Tu es encore là à l’embrasser, à vouloir te coller à lui, à lui murmurer quelques mots à l’oreille, espérant qu’il puisse te comprendre que t’en peux plus d’attendre. C’est bien beau les conneries, les paroles en l’air et les illusions, mais au fond de toi-même, tu souffres. Et pas juste un peu.

T’as été capable de rester tranquille pendant de nombreuses minutes, capable de rester en silence, tout du moins, ne pas laisser passer des phrases complètes avec ta voix, avant de flancher complètement et de lui murmurer quelques mots. T’as pas l’impression que c’est mal, t’as juste envie de le sentir encore plus près de toi et espérer pouvoir combler le manque  que tu as. Celui que tu as depuis l’été, à vrai dire, celui qui te hante depuis que ton amant a passé la porte de ton domicile, ne regardant jamais en arrière. Ça aussi, il aurait pu comprendre beaucoup cet après-midi là, s’il aurait osé se retourner, ne serait-ce que pour bien refermer la porte derrière lui. Dès que tu avais compris qu’il te quittais, t’avais essayé de rester tranquille, mais déjà les remords avaient pris le dessus, tu avais commencé à voir double, le genre de choses qui t’arrives que rarement. Non, qui t’arrivais que très rarement. Depuis que Hoseok a entré dans ta vie, ça t’arrives de plus en plus, t’arrives plus à rien sans savoir si lui, il va bien. C’est rendu complètement n’importe quoi, t’es complètement perdu tandis que ton ami décide de changer de position, s’allongeant sur toi. T’as plus peur désormais, tu sais ce qui va se passer, tu es rendu en position connu. C’est loin d’être quelque chose de mal, quelque chose que tu regrettes en ce moment. Tu vas regretter ensuite, c’est évident, mais t’as pas envie de penser à ce genre de truc tandis que ta respiration vient de changer complètement, que ta voix ce fait de plus en plus entendre dans la pièce, que t’as les yeux complètement fermé et que t’essaie de rester les deux pieds sur terre. Tu comprends pas pourquoi t’as essayé de le laisser de côté, pourquoi t’as espéré qu’il puisse t’oublier aussi. Tout est si facile lorsqu’il est à tes côtés, tout est si facile lorsque tu te donnes l’accord pour penser à lui. Et tout serait beaucoup plus simple s’il pourrait te laisser tranquille quelques minutes, question que tu puisses reprendre possession de ton souffle, de tes pensées et surtout, revenir se coller à toi. Ce qu’il fait après quelques instants, revenant t’embrasser. T’as l’impression d’avoir été en manque de lui même s’il vient uniquement de te laisser quelques minutes de répit, tu ne peux t’empêcher de te fondre à lui, de te coller d’avantage, de chercher n’importe quel point d’encrage pour lui faire comprendre que t’as besoin de lui, que tu ne veux pas qu’il parte et surtout, que t’aimerais qu’il puisse faire parti de ta vie. Et pas seulement pour cette nuit non plus, pour bien plus. Il se colle de plus en plus à toi, tu finis par lâcher un soupir lorsqu’il fait de toi l’homme le plus heureux du moment. Tu sais que tu vas devoir t’expliquer ensuite, que tu vas devoir te livrer à un interrogatoire mais toi aussi, il y a des choses que tu as besoin de savoir, besoin de comprendre après tout ça. T’as pas envie d’avoir un amant qui passe sa vie à se promener d’un côté à l’autre. T’as pas plus envie d’avoir un amant tout court. T’as juste envie que ce moment puisse revenir et ne pas te sentir coupable. Jamais coupable. Tu t’arranges pour te coller complètement à lui, voulant lui faire comprendre que c’est pas anodin si la vie a décidé de vous faire rencontrer, si elle a choisi de vous montrer cette voie. Si dans le passé, vous ne vous êtes jamais parlé, jamais vu et que maintenant, cette dernière a décidé de vous rapprocher, de vous faire connaître et de vous donner une chance. T’as peut-être pas été capable de la prendre cet été, t’as peut-être pas été capable de te donner une chance pour faire les premiers pas comme tu aurais dû le faire. T’avais quelque chose qui t’empêchais d’avancer, qui t’empêchais de pouvoir être toi même avec lui. L’obstacle écarté, t’as bien l’intention de rester près de lui et de montrer ton attachement. Tu sais pas trop comment pour l’instant, mais t’as bien l’intention de lui faire comprendre que tu t’attaches de plus en plus, sans vraiment comprendre la raison. Il y a bien une raison à chaque moment, à chaque mots échangés, à chaque connexion, à chaque instant passer avec l’autre. Que ce soit le matin, le soir ou même en pleins milieu de la nuit. Que ce soit à 7h du matin ou même à 4h, ayant passé une nuit complètement blanche. Il y a bien une raison, pour que tu continues de t’attacher de plus en plus, que tu veux apprendre à le connaître et que t’es complètement entrain de tomber amoureux de lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin a harceler si besoin
En ligne

ÂGE :
24

INTERVIEWS :
405

admin a harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Mer 5 Déc - 0:06


no such thing as beautiful goodbyes




Il faut définitivement que tu arrêtes d’essayer de penser, tu réalises maintenant que ça ne te sert à rien. Combien de nuits as-tu passé à regarder le plafond, à te demander ce que Thomas signifiait pour toi? Pourquoi est-ce que tu étais tout simplement incapable de passer par-dessus tout ce qui s’était passé entre vous, comment il avait osé s’approcher de toi pour t’embrasser la première fois, comment tu n’avais pas hésité ne serait-ce qu’une toute petite seconde ensuite pour poser tes lèvres sur les siennes, te permettant ainsi de détruire toutes les limites de votre amitiés, te laissant embarquer dans quelque chose de beaucoup plus compliqué que tu ne l’aurais pensé. C’était comme une vague qui était venu te chercher, tu l’avais reçu en plein visage sans jamais la voir venir. Ça t’avait fait tomber, tu avais de la difficulté à te relever depuis que tu avais pris le risque de t’aventurer plus loin avec lui. Tu avais beau penser que peut-être que tout aurait pu être beaucoup plus facile si tu n’avais pas osé essayer quelque chose de plus avec lui, que tout aurait été bien moins complexe et beaucoup moins déchirant surtout, mais depuis que t’es revenu vers lui, depuis que t’as son corps collé complètement contre le sien, tu sais que t’as fait le bon choix. Peu importe la quantité de larmes que t’as versé, les pensées qui t’ont déchiré de l’intérieur pendant des semaines, ce sentiment de vide énorme, qui t’empêchait de dormir depuis trop longtemps, il n’y a que lui qui peut le remplir et personne d’autre. Peut-être que tu aurais pu tomber amoureux de quelqu’un d’autre dans le futur et réussir à l’oublier, mais juste à y penser, t’as l’estomac qui se revire à l’envers. T’as pas envie de le laisser partir et t’as surtout pas envie de passer à autre chose. T’as pas envie d’être son amant non plus, mais en ce moment, tu te contentes très bien de ce qu’il peut t’offrir et t’es bien heureux que ce soir, il soit prêt à tout te donner. T’as envie de l’avoir pour toi, que pour toi et personne d’autre, et t’as bien l’intention de lui faire comprendre, que ce soit dans la façon dont tu t’accroches à lui maintenant, la façon dont tu cherches constamment à être le plus possible en contact avec lui, alors que ton corps se mêle au sien dans un rythme que tu reconnais trop bien. C’est instinctif comment tu réponds immédiatement à lui, comment t’es capable de te laisser emporter par votre étreinte sans même avoir aucun doute et aucune crainte. Non, ça n’existe plus ça maintenant, il n’y a que vous deux et personne d’autre. Sa copine, tes bandmates, vos familles, vos amis, le public… tout ça, ça ne compte plus, pas ce soir. Peu importe à quel point vous avez besoin de vous expliquer tous les deux.

Les explications, elles peuvent très bien attendre. Ce soir, t’agis comme un homme amoureux, t’as cette passion qui s’empare de toi alors que tes mains prennent doucement sa mâchoire, histoire de capturer ses lèvres avec les tiennes, l’embrassant comme si c’était la dernière fois que tu pouvais le faire. T’ignores quels mots utiliser pour lui faire comprendre que y’a que lui, qu’il n’y a eu que lui qui comptait autant pour toi, que t’es pas prêt à le laisser partir, que t’as pas envie de le voir sortir de ta vie maintenant. Tu perds ton souffle à force, t’as la raison qui te quittes tranquillement, et ton visage se perd dans le cou de ton amant pour aller continuer tes baiser sur chaque centimètre de sa peau, ta voix résonnant de plus en plus à chaque contact brûlant que tu oses déposer jusqu’à son épaule. Tu sens que tu quittes doucement la terre ferme, que t’es en train de perdre totalement le nord, mais t’as aucune envie de te battre contre ce que tu ressens. Tu te laisses emporter sans aucune résistance, y’a que le prénom de Thomas qui quittes doucement tes lèvres dans un dernier soupir, avant que tu te laisses aller complètement. Tu le prends contre toi, comme si c’était la seule façon de te convaincre que c’était bien réel, que t’étais pas en train de rêver tout ce qui était en train de se passer. Combien de fois as-tu osé imaginer te retrouver dans ses bras à nouveau? C’était certainement pas dans ce contexte, mais c’est quand même beaucoup plus que tout ce que tu avais pu espérer. Tu laisses ta respiration se calmer doucement, t’as encore de la difficulté à reconnecter avec la réalité. T’as l’impression que ton coeur veut sortir de ta poitrine, tu ressens quelque chose de tellement fort en ce moment, un sentiment que tu n’avais jamais réussi à expliquer auparavant. Et tu comprends maintenant. Thomas, tu le veux que pour toi, pas seulement parce que tu tiens à lui, mais parce que tu ne te vois pas continuer sans lui non plus. Tu veux pas le partager non plus, pas avec personne et surtout pas avec celle qui s’amuse à se pavaner avec lui en public. Tu resserres ton étreinte sur lui face à cette pensée. Il est hors de question que tu le laisses aller maintenant. C’est égoïste peut-être, mais tu refuses de le perdre. Tu t’en vas pas cette fois, t’as l’intention de rester pour de bon.



_________________
you were the only one.
We're at the end of the line, he keeps me from closing my eyes, keeps me from sleeping at night. Don't let me go
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
admin à harceler si besoin

ÂGE :
28

INTERVIEWS :
701

admin à harceler si besoin

MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   Jeu 6 Déc - 22:49

NO SUCH THING AS
BEAUTIFUL GOODBYES
FEAT: @Hoseok Jung  & Thomas Brodie-Sangster

Tout serait tellement plus simple si tu acceptais le fait de le faire entrer complètement dans ta vie, de mettre un terme à toutes tes conneries avec ta fausse petite amie et prendre le temps d'accepter ce que la vie peut bien t'offrir. Il est rare de voir que les choses peuvent s'aligner parfaitement, de ressentir quelque chose d'aussi fort pour quelqu'un et de comprendre que tout est réciproque, même que c'est beaucoup plus fort venant de l'autre côté. Des âmes qui se cherchent, qui finissent par se retrouver. T'as pas l'impression que c'est mal, mais bien que tu cherchais une manière de comprendre que tout a une raison d'être. La connexion que vous avez réussis à avoir dès la premières soirée, dès le premier après-midi passé ensemble, à la suite. Peut-on dire que c'est la première nuit que vous passez ensemble ? Pas réellement, pas vraiment. Tu te colles à lui sans cesse, comme un besoin pressant, ne voulant plus jamais manquer un battement de son coeur. Lorsqu'il t'attrapes la mâchoire pour t'embrasser, t'es pas celui qui lui répond en premier, incapable de le faire, tellement tu es déjà à dix miles lieux de tout ça. Ta raison n'est plus là, elle est partie depuis un moment déjà, emportant toute logique avec elle. Comme seule réponse que tu lui offres, ce n'est pas cohérent du tout: mélange de soupirs et de mots que tu ne peux même pas lui rementionner tellement tu es perdu. Tu t'étais promis de ne pas recommencer, surtout pas avec lui, de peur de t'attacher complètement et te voilà à essayer de retrouver ta respiration tandis que ton ami s'évade tranquillement. Tu finis par poser tes mains dans ses cheveux, de manière à pouvoir le garder le plus près possible de toi. T'as pas envie qu'il disparaisse, qu'il décide de partir ou même, qu'il décide de se reculer, laissant un froid entre vous deux. Tu voudrais le garder à jamais près de toi, coller à toi, voyant une nouvelle vie, à deux.

T'as même pas pensé une seconde aux conséquences tandis qu'il murmure ton prénom et qu'il dépose ses lèvres sur ton corps. Ta raison n'y est plus, t'es seulement enivré du moment présent, tu veux nullement penser à ''l'après''. Devrais-tu lui mentionner que tu as quelqu'un dans ta vie, que t'es pas supposé agir ainsi envers lui ? T'en as pourtant rien à faire de Lucy, et de tout ce qu'elle pourrait penser de tout ça. T'as longtemps dit que c'était pour le public, pour ta carrière, que t'essayais de rester droit et te mentir à toi même. Avec le temps, tu comprends que c'est rendu ton problème et seulement le tiens. Comme si tu n'arrivais pas à comprendre, comme si le fait de réaliser que t'étais dans le champs depuis des années, peut finir par te blesser. Mais tu réalises petit peu par petit peu que ce n'est pas seulement toi que tu blesses mais également Hoseok. Tranquillement, t'es entrain de détruire sa vie. Et pas d'un seul coup, mais comme si tu t'amurais à y prendre plaisir, seconde par seconde. Tu l'as laissé entrer dans ta vie, tu l'as laissé s'attacher à toi et t'es entrain de tout gâcher, en sachant bien qu'il y aura une fin. Et que cette fin sera ce soir sans faute, car il devra bien retourner à son hôtel, avec son groupe, question de continuer sa tournée. Et t'as clairement pas envie de le voir partir, tu te permets même de le prendre dans tes bras et essayer de le garder collé à toi, déposant plusieurs baiser sur sa peau. Tu cherches quelque chose à lui dire, les mots te manquent complètement, t'oses même pas le regarder dans les yeux tellement que tu ne sais quoi dire. T'as peur de te faire regarder comme si t'étais le pire être du monde ou pire encore, comme si t'étais rien pour lui. Ça, ça te ferais vraiment peur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: — no such thing as beautiful goodbyes | thomas   

Revenir en haut Aller en bas
 
— no such thing as beautiful goodbyes | thomas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Tim Thomas
» Derrière le masque... (Thomas et Victoire of Norfolk)
» Your guardian angel {pv Thomas of Norfolk}
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Tim Thomas sur le marché des transaction !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IDOL ★ :: The rest of the world :: Once upon a time :: Flashback-
Sauter vers: